Style

24 avril 2019

Le retour des années 80 ?

Longtemps mal aimées, les années 80 deviennent aujourd’hui vintage et connaissent un engouement sans précédent.

 

 

Dans sa vente du 13 juin prochain, Christie’s Paris met en avant une dizaine de bijoux des années 80 : des parures griffées Van Cleef & Arpels et Boucheron, une autre signée par Mauboussin, un collier et un bracelet de Cartier figurant des éléphants. De quoi plaire aux plus jeunes clientes, mais pas seulement : Pierre Rainero directeur du patrimoine et du style Cartier dit « l’intérêt croissant de la maison pour cette période et le rachat de pièces pour les archives. »

 

Le style des années 80

Priorité aux lignes symétriques et graphiques. « Toujours en or très jaune et brillant, les joncs ouverts, les manchettes, les clips d’oreilles, les chokers (collier entre le torque et le pectoral égyptien) sont oversized et formés par la répétition d’un motif géométrique », explique Amanda Triossi historienne en train de préparer une conférence sur les années 80 à GemGenève. Comme les autres joailliers de l’époque, Paloma Picasso chez Tiffany & Co raffole des améthystes violettes, des citrines jaunes, des émeraudes vertes, des rubis, de la nacre. Au lieu d’être facettées, les pierres sont polies en forme de dôme et/ou serties clos, c’est-à-dire maintenues par de l’or rabattu tout autour. Un certain goût pour l’Antiquité se traduit par des motifs comme le scarabée ou l’utilisation de pièces de monnaie. « Bulgari et Marina B. représentent la quintessence de ce style », estime Amanda Triossi.

 

2018, l’année des eighties

En 2018, Bulgari a justement dédié sa collection de haute joaillerie « Wild Pop » aux années 80. On y retrouve la joaillerie modulaire, les pierres de couleurs, les torques, etc. Le lancement a occasionné un défilé auquel participait un mannequin de l’époque, Pat Cleveland, et un concert de Duran Duran. Marina B., l’une des marques-phares, a renaît avec ses iconiques bracelets sur ressorts. Chez Suzanne Syz, apparaît une paire de clips tourne-disque, clin d’œil au Studio 54. Quant à Marc Deloche, il s’est inspiré des boucles d’oreille fantaisie de la marque Scooter, le Gas des années 80.

 

Les années 80, la grande mutation

Sur la place Vendôme, le style clinquant est largement inspiré par les goûts des clients d’Asie du Sud-Est et du Moyen-Orient affluant suite aux chocs pétroliers. Samuel Fred se lance dans les diamants de couleur pour les riches émirs. Mauboussin réalise 80% du chiffre d’affaire avec le sultan du Brunei. Les Américains sont là aussi, forts d’un dollar élevé. En même temps, les joailliers doivent satisfaire les goûts opposés d’une clientèle européenne plus jeune avec des pièces faciles à porter et plus accessibles comme la bague « Nadia » (pour Nacre et Diamants) lancée par Mauboussin. François Hérail, un trentenaire issu du bijou fantaisie, a tout compris : sa marque Poiray lancée en 1975 connaît un succès fulgurant. Il a ouvert un nouveau créneau, entre les bijoux de Maty vendus par correspondance et la haute joaillerie.

 

Grandeur et décadence des années 80

Quel bouleversement pour les joailliers de la place Vendôme nés au 19e siècle et habitués à une clientèle traditionnelle et héréditaire ! Plus question de naviguer à vue : il faut s’aguerrir aux stratégies de gestion et conquérir de nouveaux marchés. Chez Chaumet, les deux frères sont mis en prison pour malversations et Mauboussin frôle la faillite quand le sultan du Brunei le lâche. Les maisons indépendantes ratent ce tournant de la mondialisation. La guerre du Golfe met fin à la fête : dans les années 90, elles sont, les unes après les autres, rachetés par les grands groupes de luxe comme LVMH et Richemont.

 

Cette Bérezina commerciale a occulté un temps la création : il est temps de la redécouvrir et de l’apprécier à sa juste valeur.

 

Articles relatifs à ce sujet :

« Wild Pop » la collection de haute joaillerie de Bulgari

6 raisons d’aller à GemGenève

 

Image en bannière : Tiffany & Co

Articles les plus lus

Le bijou contemporain en questions

Peu reconnu en France, le bijou contemporain a pourtant déjà une longue histoire derrière lui.

Mes 10 coups de cœur de la Paris Fashion Week

Lors de la Paris Fashion Week, les présentations ont confirmé le dynamisme des créateurs de bijoux. Voici quelques bijoux parmi mes préférés.

La tentation du corps

La représentation du corps est aujourd’hui peu commune en joaillerie alors que jusqu’au 20e siècle, les figures humaines étaient omniprésentes.

Bijoux "genderless"

La joaillerie enfin libérée des diktats du genre ? Joailliers, encore un peu d’audace !

10 bijoux à retenir de la Jewelry Week parisienne

Inédits, porteurs d’une tendance et/ou tout simplement magnifiques : voici des bijoux qui m’ont interpellée lors de la dernière jewelry week...

La ménagerie de Vhernier

Les animaux de Vhernier sont traités avec une technique appellée « Trasparenza », mise au point le joaillier à la fin des années 80. L’un d’entre...