Style

30 août 2022

Le retour du « serti dressé »

Revoilà le « serti dressé », serti que l’on n’avait pas (ou presque pas) vu depuis l’époque de Marie-Antoinette !

Par Sandrine Merle.

 

 

Dans sa nouvelle collection en diamants présentée en juillet dernier à Paris, la créatrice Jessica McCormack basée à Londres met à l’honneur la taille ovale qu’elle sublime par un serti, le serti qu’elle nomme « Georgian cut-down ». Le diamant est encerclé dans une corolle en or noirci d’où se détachent des griffes très hautes, elles, en or jaune. Très utilisé en Angleterre pendant l’époque géorgienne (allant de 1714 à 1830), il est aujourd’hui devenu sa signature.

 

« Serti dressé », la technique

De quoi interpeller l’expert du bijou Olivier Baroin car ce serti également très présent en France de la fin du XVIIe siècle voire du début du XVIIIe siècle avait quasiment disparu. « La technique consiste à enchâsser le diamant dans une corolle conique remontant jusqu’au feuilletis, c’est-à-dire l’arête se situant entre la couronne (le dessus) et la culasse (en dessous), explique-t-il. Quelques griffes hautes et droites (d’où vient probablement son nom) se détachent d’une corolle depuis la base de la sertissure. Elles viennent se rabattre sur la partie supérieure de la pierre. » En 1920, on retrouve la mention « serti dressé » dans le catalogue de la vente de la princesse russe Lobanoff de Rostoff, rédigée par l’expert qui n’est autre que Louis Cartier. Il l’utilise pour décrire une des rivières de diamant. Les bracelets de Marie-Antoinette vendu en 2021 chez Christie’s se caractérisent aussi par ce « serti dressé ».

 

À quoi sert le « serti dressé » ?

Comme tous les sertis (sur griffes, clos, etc.), le « serti dressé » n’était jamais utilisé au hasard : il avait une fonction. « Entièrement réalisé en argent contrairement à aujourd’hui, son contour servait à rectifier la forme irrégulière d’une pierre, la brillance de cette dernière se confondant avec le reflet de la corolle en argent poli vif. On l’utilisait aussi souvent pour des chatons montés sur glissière puis enfilés sur un ruban noué à l’arrière de la nuque ou sur les bijoux régionaux », explique Olivier Baroin. Rappelons que le diamant tel que nous le connaissons, symétrique et régulier avec un nombre déterminé de facettes aux arêtes parfaites, ne date que du début du XXe siècle.

 

L’engouement pour le « serti Neige »

Le serti filaire de Sheila Westera

Le « serti Tension » de Niessing

 

Jessica McCormack n’est pas la seule à plébisciter le « serti dressé » parce qu’il rend « le diamant plus portable, plus facile au quotidien », explique-t-elle. Le New-Yorkais Siegelson et Hancocks London, deux marchands de bijoux anciens et vintage créant aussi des pièces contemporaines, sont des adeptes. Avec ses griffes, cette petite coupole désormais en or ou en platine participe surtout à l’esthétique du bijou, elle lui confère un charme fou typique des plus anciens.

Articles les plus lus

TFJP x Christie's Paris, comment porter un bijou vintage /5

Voilà un look qui réhabilite la broche Art nouveau, bijou qui part avec deux handicaps.

Walid Akkad, l'abstraction rencontre la tradition

« Mon inspiration a en effet toujours été animale ou végétale mais je finissais toujours par des formes très éloignées, simplifiées et...

TFJP x Christie's Paris, comment porter un bijou vintage /4

Ne cherchez pas à tout prix à faire de vos bijoux vintage le centre de votre tenue en choisissant des vêtements trop classiques.

TFJP x Comité Colbert : déc'or palaces

Et si demain il ne devait rester qu’un seul élément dans les palaces ?

TFJP x Christie’s, comment porter un bijou vintage /3

Voici la troisième proposition réalisée par TFJP avec le département bijoux de Christie’s Paris. Le porté est inspiré par les nineties.

TFJP x Comité Colbert, l'or dans les arts de la table

À table, qui se ressemble s’assemble : les matériaux de prédilection de l’or sont la porcelaine, le cristal et l’argent.