Style

08 décembre 2020

Karuna Balloo, horticultrice textile

Ma première rencontre avec Karuna Balloo date de 2012. Et je suis toujours sous le charme de ses grandes fleurs graphiques en tissu à porter ou à accrocher sur le mur, en tableau.

Par Sandrine Merle.

 

 

Karuna Balloo réalise des fleurs qui défient les lois de l’éphémère. Éclatantes, les associations de rouge et de rose claquent. Infiniment poétiques, lescorrespondances poudrées se déclinent en mauve, rose, ivoire, gris nuage. Son tissu de prédilection : l’organza de soie vintage qu’elle chine inlassablement dans les boutiques autour du marché Saint-Pierre et dans les vide-greniers. « Craquant et épais, il n’a rien à voir avec celui que l’on fabrique aujourd’hui ! », explique-t-elle. Lors du confinement, elle en a redécouvert des mètres et des mètres accumulés dans les placards de sa famille ! Sa dernière trouvaille : un superbe lamé or vintage de la maison Yves Saint Laurent.

 

L’influence de l’Inde

Cette idée de fleur en tissu vient du pays où elle est née, l’île Maurice. Une île où se croisent des influences africaine, chinoise, européenne et indienne. Karuna Balloo se souvient de sa grand-mère, de ses tantes et de sa mère aux longues chevelures noires illuminées par des fleurs fraîches, lors des festivités. Son père, son grand-père et son arrière-grand-père étaient, eux, jardiniers. « Très jeune, j’ai pris conscience que les fleurs adoucissent les rapports entre les gens », explique-t-elle. Elle en fait son signe de reconnaissance quand elle constate, dans les soirées parisiennes, le succès provoqué par une jolie fleur dans ses cheveux !

 

De l’origami textile
Avec ces fleurs, elle revisite l’art ancestral du pliage découvert lors d’un voyage au Japon : le tsumami que l’on peut traduire par « ornementation par acte de pincement » ou encore « travaux minutieux pincés ». Il ne resterait que 5 maîtres de tsumami sur l’archipel nippon… Il faut dire que réalisé dans les règles de l’art, cet origami textile demande une patience folle : dans son atelier parisien, Karuna Balloo découpe pendant des heures des petits carrés de soie qu’elle plisse ensuite à l’aide d’une pince pour former des pétales triangulaires. Assemblés et terminés par de délicats pistils issus d’anciens stocks de modiste, ils forment alors ces fleurs graphiques. Les dernières qu’elle vient de réaliser sont faites à partir du sari transmis par sa grand-mère. Pour garder son parfum…

 

Articles relatifs à ce sujet :

L’ère du bijou végétal

Où acheter une broche en tissu ?

Articles les plus lus

Cartier Haute Joaillerie, "Sixième Sens"…

Ces pièces de haute joaillerie Cartier ont pour but de provoquer des perceptions extra-sensorielles. Une préoccupation ancienne et récurrente, c’est...

Nardi, maure à Venise

À Venise, j’ai rencontré Alberto Nardi, représentant de la troisième génération de ce joaillier vénitien réputé pour ses têtes de maure. Un...

L’humour a-t-il déserté la joaillerie ?

L’exposition, « Parenthèse humoristique, quand le bijou a de l’esprit » de Van Cleef & Arpels tombe à pic. Elle met en lumière un sujet...

Des bijoux qui se moquent du bijou

Pour torpiller les codes en jeu dans la joaillerie classique, les créateurs d’avant-garde convoquent humour et ironie. Leurs cibles préférées :...

Alina Alamorean, des bijoux tourmentés

Une partie de son travail, composé de pièces hypertrophiées en mouvement et en courbes, est d’une sensualité très forte. L’autre face est plus...

Isabelle Stanislas à L'École des Arts Joailliers

Après une brève introduction par Cécile Lugand, historienne d’art, le maître laqueur Franck Cengizalp a invité les six participants à pratiquer des...