Style

15 février 2022

Les pièces marquantes de la Jewelry Week – Paris, Janvier 2022

Pendant la semaine de la couture, les maisons ont présenté leur collection de haute joaillerie. Voici les masterpieces, maison par maison.

Par Sandrine Merle.

 

 

Chez Boucheron, collection « New Maharajahs »

Toutes les pièces. Claire Choisne réinterprète la plus grande commande spéciale jamais réalisée, celle pour le maharaja de Patiala : en 1928, il est entré chez Boucheron avec 5 coffres de pierres précieuses à remonter dans le goût occidental. La version contemporaine passe par une taille plus portable et par la radicalité du blanc (perle, diamant, nacre, cristal de roche) ponctué de quelques émeraudes. Et les leitmotivs de Claire Choisne sont là : la transformabilité, le no-gender, la pierre sur la pierre, etc.

 

Chez Cartier, suite de la collection « Sixième Sens »

Le collier « Synestésie » formé par des petites boules de turquoises et d’émeraudes piquées de diamants. Le pendentif est une émeraude à pans rectangles coupés de 35,47 carats si transparente qu’on peut admirer ses jardins. Ces couleurs, inspirées par les arts de l’Islam, constituent un des piliers du style Cartier.

Le bracelet « Black Eutythmie » en or blanc entièrement recouvert d’écailles articulées et réversibles : en onyx pour le jour, en diamants pour le soir.

Le Toi & Moi avec un somptueux saphir du Cachemire de 5,59 carats et un non moins somptueux diamant de 5,01 carats. Les deux lovés dans un entrelacs de diamants baguette, taillés sur œuvre. Le prix : plus de 2 millions d’euros…

 

Chez Chopard

Le solitaire formé par un rare diamant rose fancy intense de 10,88 carats baptisé « Rose de Caroline » (pour Caroline Scheufele la directrice artistique de la maison), flanqué de deux rubis rouge vif, taille cœur. Il fallait oser le mix de couleurs et cette taille cœur désuète, mais ça marche parfaitement !

Le collier en diamants souligné par 7 émeraudes de taille octogonale (soit 122,49 carats). Un classique.

L’émeraude brute « Insofu » de 6225 carats, pierre exceptionnelle découverte en Zambie et dont la forme évoque une trompe (d’où son nom signifiant éléphant). Rendez-vous en juin 2023 pour découvrir les pierres qui en ont été extraites.

 

Chez Cindy Chao

La nouvelle paire de boucles d’oreilles « Fruits », tridimensionnelle. Au-delà du travail de sertissage aléatoire dans lequel la créatrice excelle, cette pièce se distingue par la paire de diamants jaune-brun foncé pesant plus de 16 carats chacun. Dans la lignée du travail exceptionnel fait par Cindy Chao tout juste nommée Chevalier de l’Ordre des Arts et Lettres.

 

Chez Chaumet, collection « Déferlante »  

Le diadème dont on peut apprécier l’agencement des diamants de toutes les tailles (dont la taille maison, « l’Impératrice ») retenus par des fils couteaux. L’une des techniques préférées de Chaumet idéale pour illustrer le déferlement de l’eau, un classique en joaillerie.

 

Chez Fawaz Gruosi

Fawaz Gruosi aime les bijoux oversized, les pierres spectaculaires, les couleurs contrastées… Une pièce résume bien son style : le collier en diamants dont les lignes courbes sont soulignées par des émeraudes, sa pierre préférée. La forme ergonomique a été conçue pour épouser le mouvement du décolleté.

 

Chez Louis Vuitton, suite de la collection Bravery

Les chaînes no-gender aux maillons pavés de diamants taille baguette.

L’incroyable collier rainbow « Multipin » très souple, composé d’aigues-marines, tanzanites, citrines, tourmalines de toutes les couleurs dont la plus belle, une bleue lagon de 42,42 carats, est positionnée sur le fermoir. Un fermoir omniprésent dans cette collection comme tous les signes de reconnaissance de la malle : le clou, les renforts aux coins, etc.

 

Chez De Beers, première partie de la collection « The Alchimist of Light »

Le collier « Light Rays », plastron formé par un éventail de franges en titane anodisé et en or rhodié noir. Les nuances chaudes font écho à celles du diamant central de 4,22 carats. C’est la première fois que De Beers accorde une place aussi importante à un autre matériau que le diamant, la marque ayant été créée par le grand producteur éponyme.

 

Chez Piaget  

Pour le fun, le long collier dont le pendentif est formé par une tourmaline verte de 35,64 carats intégrée dans un boîtier en cristal de roche doté d’un LED. La voilà éclairée de l’intérieur…

 

Image en bannière : Boucheron

 

Articles relatifs à ce sujet :

Cartier haute joaillerie, « Sixième Sens »

Les OVNI de la haute joaillerie

Articles les plus lus

Avec Tomohiro Sadakiyo chez Hum, à Tokyo

Le côté japonais de Hum, c’est le travail sur la couleur des métaux et sur les textures.

René Boivin, le mystère du bracelet "Torque"

Thomas Torroni-Levene le gardien du temple de la maison René Boivin, a voulu retracer l’histoire de ce bracelet.

Rencontre exclusive avec Shinji Nakaba, dans son atelier au Japon

En 2023, le Loewe foundation Craft prize a braqué les projecteurs sur Shinji Nakaba. Mais son travail est reconnu dans le milieu du bijou...

Les félins de Boivin

La maison René Boivin excelle dans les représentations de fleurs et les animaux. Parmi ces derniers, de magnifiques félins sont entrés dans l’histoire...

Emmanuel Tarpin, joaillier des ombres et lumières

Emmanuel Tarpin n’a pas cherché à faire écho aux magnifiques orchidées de Tiffany & CO. ou à celles de René Lalique, réalisées il y a plus d’un...

Giorgio B. par Giorgio Bulgari, la haute joaillerie en héritage

Avant de revenir sur le travail de Giorgio Bulgari, clarifions les choses : oui, il est un membre de la famille Bulgari. Il représente la quatrième...