Style

12 mai 2018

Avec Elizabeth de Chambrun, à la bibliothèque Chester Beatty de Dublin

La créatrice Elizabeth de Chambrun m’a invitée à l’accompagner à la bibliothèque Chester Beatty pour découvrir l’une de ses sources d’inspiration : les miniatures mogholes.

 

Elizabeth de Chambrun passe plusieurs mois par an à Jaipur, où elle crée des bijoux très influencés par la culture indienne. Elle utilise le même or pur, très jaune et velouté qu’utilisent les artisans depuis des millénaires. Les motifs floraux et les arabesques évoquent, eux aussi, le style moghol des XVIe et XVIIe siècles. Pour nourrir son inspiration, la créatrice s’est rendue à la bibliothèque Chester Beatty.

 

La collection d’Alfred Chester Beatty

A quelques pas du château de Dublin, la bibliothèque Chester Beatty est dédiée aux collections d’Alfred Chester Beatty. Au début du XXème siècle, ce magnat de l’industrie minière a rassemblé ce qu’il y a de plus beau au monde en matière d’art islamique et oriental. Au fil des vitrines, Elizabeth de Chambrun s’enthousiasme devant la beauté d’un livre formé par de fines feuilles de jade chinois, elle s’imprègne de la délicatesse de textes enluminés d’or, de manuscrits éthiopiens, arméniens ou encore russes.

 

Les miniatures mogholes

Mais Elizabeth de Chambrun est venue pour les délicates miniatures mogholes, visibles uniquement sur rendez-vous. Portraits, scènes de vie… La créatrice me tend une loupe pour que j’apprécie, sur l’une, datant du XVIe siècle, le détail des bijoux portés par les princes. Elle s’émeut sur la beauté des colliers formés par de simples rangs de perles ponctués d’émeraudes et de rubis, les bagues d’archer suspendues à la ceinture, un sarpech, les boucles d’oreilles en diamants ancêtres de la ear-cuff. Le plus étonnant : des femmes portant des bijoux réalisés en véritables micro-perles et pierres précieuses.

 

Imprégnée de ces représentations ancestrales, Elizabeth de Chambrun s’apprête à repartir à Jaipur, créer sa collection…

 

Articles les plus lus

René Boivin, le mystère du bracelet Torque

Thomas Torroni-Levene le gardien du temple de la maison René Boivin, a voulu retracer l’histoire de ce bracelet.

Rencontre exclusive avec Shinji Nakaba, dans son atelier au Japon

En 2023, le Loewe foundation Craft prize a braqué les projecteurs sur Shinji Nakaba. Mais son travail est reconnu dans le milieu du bijou...

Les félins de Boivin

La maison René Boivin excelle dans les représentations de fleurs et les animaux. Parmi ces derniers, de magnifiques félins sont entrés dans l’histoire...

Emmanuel Tarpin, joaillier des ombres et lumières

Emmanuel Tarpin n’a pas cherché à faire écho aux magnifiques orchidées de Tiffany & CO. ou à celles de René Lalique, réalisées il y a plus d’un...

Giorgio B. par Giorgio Bulgari, la haute joaillerie en héritage

Avant de revenir sur le travail de Giorgio Bulgari, clarifions les choses : oui, il est un membre de la famille Bulgari. Il représente la quatrième...

Anna Hu, la technicité d’une haute joaillerie Made in France

Les bijoux de la créatrice Anna Hu sont aussi beaux que spectaculaires. Ils sont aussi très techniques… Pour elle, les faire fabriquer à Paris s’est...