Style

17 avril 2020

Ele Karela, figures labyrinthiques

Elé Karela réalise des bijoux contemporains élaborés à partir de formes géométriques et de motifs labyrinthiques.

 

 

Elé Karela (de son vrai prénom, Eleftheria) fait partie de ces créatrices hype, connectées et collectionneuses de vintage. Basée à Athènes et formée à la Saint Martin’s School, elle semble s’être complètement affranchie de l’Antiquité grecque. Mais en réalité, ses bijoux abstraits et graphiques (vendus chez ModaOperandi,  Twist ou encore RoseArk aux Etats-Unis) sont empreints de cet héritage…

 

La rigueur des formes

« Je m’inspire de l’art déco », explique Elé Karela. D’où les lignes anguleuses et les formes géométriques. Elle choisit ses pierres dans des couleurs franches : turquoise, lapis-lazuli d’un bleu électrique, agate orangée formant alors des à-plats. Les mélanges de saphirs de toutes les couleurs évoquent plutôt eux un coucher de soleil dans les Cyclades dans les seventies, son autre époque de prédilection. Elé Karela s’inspire aussi de la nature avec notamment des petites fleurs archétypales placées au creux de créoles ou le serpent, figure omniprésente dans l’Antiquité. Il est complètement abstractisé avec une tête en losange.

 

L’amphore stylisée

« Dans chaque collection, je réinterprète l’amphore de façon plus ou moins figurative », note Elé Karela. Elle stylise la forme ovoïde terminée par une pointe jusqu’à en faire un losange sectionné ou un triangle comme pour le modèle « Spear ». Elle répète ses formes, les démultiplie et les difracte dans un enchevêtrement de lignes s’entrechoquant. Comme si l’amphore en terre cuite avait été brisée en mille morceaux. Oublié le motif originel ! Pour Paul Schneider et Lauren Eulau fondateurs de la boutique Twist (Portland), « ses infinies combinaisons créent un style très personnel ». Pas étonnant quand on sait que Eléftheria signifie Liberté en grec.

 

SHOP NOW Pendentif « Balanced Variations », Elé Karela

 

Articles relatifs à ce sujet :

Grèce, 10 bijoux de l’Antiquité à nos jours

Maria Kaprili, des motifs en héritage

Articles les plus lus

Avec Tomohiro Sadakiyo chez Hum, à Tokyo

Le côté japonais de Hum, c’est le travail sur la couleur des métaux et sur les textures.

René Boivin, le mystère du bracelet "Torque"

Thomas Torroni-Levene le gardien du temple de la maison René Boivin, a voulu retracer l’histoire de ce bracelet.

Rencontre exclusive avec Shinji Nakaba, dans son atelier au Japon

En 2023, le Loewe foundation Craft prize a braqué les projecteurs sur Shinji Nakaba. Mais son travail est reconnu dans le milieu du bijou...

Les félins de Boivin

La maison René Boivin excelle dans les représentations de fleurs et les animaux. Parmi ces derniers, de magnifiques félins sont entrés dans l’histoire...

Emmanuel Tarpin, joaillier des ombres et lumières

Emmanuel Tarpin n’a pas cherché à faire écho aux magnifiques orchidées de Tiffany & CO. ou à celles de René Lalique, réalisées il y a plus d’un...

Giorgio B. par Giorgio Bulgari, la haute joaillerie en héritage

Avant de revenir sur le travail de Giorgio Bulgari, clarifions les choses : oui, il est un membre de la famille Bulgari. Il représente la quatrième...