Style

17 avril 2020

Ele Karela, figures labyrinthiques

Elé Karela réalise des bijoux contemporains élaborés à partir de formes géométriques et de motifs labyrinthiques.

 

 

Elé Karela (de son vrai prénom, Eleftheria) fait partie de ces créatrices hype, connectées et collectionneuses de vintage. Basée à Athènes et formée à la Saint Martin’s School, elle semble s’être complètement affranchie de l’Antiquité grecque. Mais en réalité, ses bijoux abstraits et graphiques (vendus chez ModaOperandi,  Twist ou encore RoseArk aux Etats-Unis) sont empreints de cet héritage…

 

La rigueur des formes

« Je m’inspire de l’art déco », explique Elé Karela. D’où les lignes anguleuses et les formes géométriques. Elle choisit ses pierres dans des couleurs franches : turquoise, lapis-lazuli d’un bleu électrique, agate orangée formant alors des à-plats. Les mélanges de saphirs de toutes les couleurs évoquent plutôt eux un coucher de soleil dans les Cyclades dans les seventies, son autre époque de prédilection. Elé Karela s’inspire aussi de la nature avec notamment des petites fleurs archétypales placées au creux de créoles ou le serpent, figure omniprésente dans l’Antiquité. Il est complètement abstractisé avec une tête en losange.

 

L’amphore stylisée

« Dans chaque collection, je réinterprète l’amphore de façon plus ou moins figurative », note Elé Karela. Elle stylise la forme ovoïde terminée par une pointe jusqu’à en faire un losange sectionné ou un triangle comme pour le modèle « Spear ». Elle répète ses formes, les démultiplie et les difracte dans un enchevêtrement de lignes s’entrechoquant. Comme si l’amphore en terre cuite avait été brisée en mille morceaux. Oublié le motif originel ! Pour Paul Schneider et Lauren Eulau fondateurs de la boutique Twist (Portland), « ses infinies combinaisons créent un style très personnel ». Pas étonnant quand on sait que Eléftheria signifie Liberté en grec.

 

SHOP NOW Pendentif « Balanced Variations », Elé Karela

 

Articles relatifs à ce sujet :

Grèce, 10 bijoux de l’Antiquité à nos jours

Maria Kaprili, des motifs en héritage

Articles les plus lus

L’humour a-t-il déserté la joaillerie ?

L’exposition, « Parenthèse humoristique, quand le bijou a de l’esprit » de Van Cleef & Arpels tombe à pic. Elle met en lumière un sujet...

Des bijoux qui se moquent du bijou

Pour torpiller les codes en jeu dans la joaillerie classique, les créateurs d’avant-garde convoquent humour et ironie. Leurs cibles préférées :...

Alina Alamorean, des bijoux tourmentés

Une partie de son travail, composé de pièces hypertrophiées en mouvement et en courbes, est d’une sensualité très forte. L’autre face est plus...

Karuna Balloo, horticultrice textile

Cette idée de fleur en tissu vient du pays où elle est née, l’île Maurice. Une île où se croisent des influences africaine, chinoise, européenne et...

Isabelle Stanislas à L'École des Arts Joailliers

Après une brève introduction par Cécile Lugand, historienne d’art, le maître laqueur Franck Cengizalp a invité les six participants à pratiquer des...

Petites folies de grandeur

Marie Genon a transformé le Grand Palais en bijoux. Du majestueux à l‘infiniment petit, cette jeune femme livre un premier opus joaillier hors-norme...