Style

09 octobre 2019

Mes 10 coups de cœur de la Paris Fashion Week

Les présentations ont confirmé le dynamisme des créateurs de bijoux. En voici quelques-uns parmi mes préférés.

 

 

1- Le bracelet cage de Mike Joseph

Mike Saatji, issu d’une famille de joailliers arméniens, a lancé la marque Mike Joseph très récemment, en 2016. Lui, n’est pas basé à Erevan mais à Bangkok où il explore les possibilité de la fine chaîne en or. Comme un leitmotiv, il la transforme en cascades scintillantes de diamants ou en constructions architecturées. A l’instar de cette manchette-cage formée par des formes géométriques encastrées les unes dans les autres, chacune étant sous-tendue par des centaines de chaînettes.

 

2- L’œil de Noor Farès

A chacun sa technique pour personnaliser le bijou : celle de Noor Fares est l’une des plus intéressantes. A partir d’une photo fournie par le client, un artisan émailleur italien reproduit exactement la couleur de la pupille. Magnifique idée de cadeau.

 

3- Les pendentifs en marqueterie de Jenny Dee

Ces pendentifs sont des mélanges de références subliminales. On y perçoit les seventies, un talisman ou encore l’évocation du Grand Tour, voyage entrepris en Italie par les jeunes gens au 19esiècle. La jeune Jenny Dee les fait réaliser par un artisan italien spécialiste de la marqueterie de pierres précieuses. Malachite, lapis-lazuli, améthyste, opale forment de très beaux tableaux colorés, recto-verso.

 

4- La météo de Marie-Hélène de Taillac

Les nouvelles pièces de Marie-Hélène de Taillac devraient encore décupler l’amour que lui portent ses clientes Japonaises. Elles sont tellement kawai… Inspirées par la météo, des boucles d’oreilles prennent la forme d’un nuage en or zébré par l’éclair ou ornées de chaînettes évoquant la pluie. Les pièces majeures se déclinent en pierres de couleur évoquant un arc-en-ciel. Une broche prend d’ailleurs la forme de ce dernier, avec à chaque extrémité, des nuages en pierres de lune.

 

5- Les mille médailles de Foundrae

Chaque saison, l’Américaine Beth Bugdaycay est à Paris pour présenter ses nouveautés. Et à chaque fois, c’est un plaisir immense de découvrir ses médailles, ses nouveaux symboles et ses nouveaux portés. Il y a des milliers de références, on a envie de tout acheter… Et surtout la nouvelle broche-chaîne à accrocher (grâce à deux pins) sur le revers d’une poche, sur une cravate ou le col d’une chemise.

 

6- La bague « Wave » de Marie Mas

Le fil conducteur des créations de Marie Mas : le mouvement. Pour chaque collection, la jeune créatrice met au point une technique inédite. Celle-ci, particulièrement réussie, consiste en de petits tubes (terminés par un diamant) intégrés dans le chaton de la bague : mobiles, ils se surélèvent lorsqu’on enfile cette dernière, pour former un dôme. On attend avec impatience ses prochaines innovations.

 

7- Le bracelet « Tourbillon » de Delfina Delettrez

Encore du mouvement… En titane et diamants, la collection Tourbillon est un bel ensemble de bijoux cinétiques. Le bracelet, une pure réussite, se compose d’anneaux de différentes tailles imbriqués les uns dans les autres. Le porteur devient le moteur, c’est lui qui amorce leur mouvement et leur impose sa cadence.

 

8- La boucle d’oreille « Contorsioniste » de Fernando Jorge

Toujours du mouvement… Le Brésilien Fernando Jorge a construit cette boucle d’oreille évoquant un nuage grâce à une succession de demi-cercles en or articulés. Ainsi il est possible de la déplier complètement pour la porter en très long pendant. Il est également conseillé de réaliser sa propre forme en s’adaptant aux piercings de son oreille.

 

9- Les architectures « Olympe » de Lara Koulajian

Architecte de formation, Lara Koulajian n’est pas une petite nouvelle. Ses pièces uniques ont été exposées dans les plus belles galeries aux Etats-Unis ou encore chez Naïla de Monbrison, à Paris. Elle a décidé de sortir de sa réserve habituelle avec des pièces plus accessibles comme ces boucles d’oreilles. Ma version préférée : celle en argent et vermeil, infiniment raffinées.

 

10- Les couleurs d’Alexandra Abramczyk

Basée à Tel-Aviv, Alexandra Abramczyk confirme son appétit pour les couleurs et plus particulièrement les dégradés arc-en-ciel de saphirs. Lors de cette fashion week parisienne, elle a également présenté des néo chevalières dont l’entourage de diamants en étoile illumine une pierre de centre ovale : malachite, œil de tigre, labradorite ou encore cornaline. Des beautés.

 

Image en bannière : Jenny Dee

 

Articles relatifs à ce sujet :

3 coups de coeur 

10 bijoux à retenir de la Jewelry Week parisienne

Articles les plus lus

Cartier Haute Joaillerie, "Sixième Sens"…

Ces pièces de haute joaillerie Cartier ont pour but de provoquer des perceptions extra-sensorielles. Une préoccupation ancienne et récurrente, c’est...

Nardi, maure à Venise

À Venise, j’ai rencontré Alberto Nardi, représentant de la troisième génération de ce joaillier vénitien réputé pour ses têtes de maure. Un...

L’humour a-t-il déserté la joaillerie ?

L’exposition, « Parenthèse humoristique, quand le bijou a de l’esprit » de Van Cleef & Arpels tombe à pic. Elle met en lumière un sujet...

Des bijoux qui se moquent du bijou

Pour torpiller les codes en jeu dans la joaillerie classique, les créateurs d’avant-garde convoquent humour et ironie. Leurs cibles préférées :...

Alina Alamorean, des bijoux tourmentés

Une partie de son travail, composé de pièces hypertrophiées en mouvement et en courbes, est d’une sensualité très forte. L’autre face est plus...

Karuna Balloo, horticultrice textile

Cette idée de fleur en tissu vient du pays où elle est née, l’île Maurice. Une île où se croisent des influences africaine, chinoise, européenne et...