Itinéraires joailliers

09 décembre 2015

La place Vendôme, épicentre de la haute joaillerie française

La place Vendôme, construite à l’initiative du roi Soleil, bordée de façades classées au patrimoine mondial de l’Unesco, est considérée comme l’épicentre de la Haute Joaillerie française.

Historiquement, les joailliers n’étaient pas regroupés sur cette place dessinée par Jules Hardouin-Mansart : ils étaient installés au Palais-Royal, près du pouvoir.

On a coutume de dire que c’est Frédéric Boucheron, en 1893, qui a donné le signal de départ vers la place Vendôme, à proximité du nouvel Opéra Garnier fréquenté par une clientèle fortunée. Il aurait choisi le n°26, car les rayons du soleil y font briller les diamants tout au long de la journée. Ce n’est pas tout à fait vrai : dès 1812, Chaumet (ou plutôt son ancêtre Nitot), principal fournisseur de l’empereur, s’installe à l’emplacement actuel du Ritz qu’il quittera quelques années plus tard. On a aussi complètement oublié Lemonnier, le joaillier de Napoléon Bonaparte, qui ne survécut pas à la chute du Régime : lui investit le n°25, en 1853.

Le grand « rush » des joailliers vers la place Vendôme s’accélère après l’ouverture en 1898 du Ritz, palace de prédilection de toutes les personnalités du monde, des princes aux milliardaires en passant par les artistes. Van Cleef & Arpels s’installe en 1906 et Chaumet fait son retour en 1907. Depuis les années 1990, une nouvelle vague de joailliers issus d’autres secteurs comme la mode, Chanel, Christian Dior ou encore Louis Vuitton, s’y pressent également. La place Vendôme est devenue l’adresse incontournable pour asseoir sa légitimité auprès d’une clientèle internationale.

Articles les plus lus

Venise ou la Sérénissime des anneaux

Aux environ de l’an 1000, le doge aurait jeté pour la première fois une bague en or dans les eaux de la lagune en prononçant ses mots : « Nous...

La Pala d’Oro de la basilique Saint Marc avec Alberto Nardi

Dissimulé derrière le maître-hôtel, ce retable en or, en pierres précieuses et en perles a été commandé aux artisans de Constantinople en 916. Quand...

La boutique Georges Fouquet au musée Carnavalet

Porté par le succès ses bijoux dessinés par Mucha, Georges Fouquet demande à l’artiste tchèque de concevoir sa nouvelle boutique du 6 rue Royale, en...

5 raisons d’aller chiner aux Merveilles de Babellou

Ici, pas de sélection en demi-teinte : extravagance et théâtralité sont les critères de choix d’Isabelle Klein. Il faut qu’une pièce claque,...

Il y a 150 ans, quand la colonne Vendôme était à terre...

À l’époque, aucun joaillier n’a pignon sur la place Vendôme. Excepté Gabriel Lemonnier, le joaillier officiel de Napoléon III.

Marc Deloche à L'École des Arts Joailliers

« Ce qui m’a sans doute le plus interpellé dans ce tour du monde : la mise en lumière de la préciosité selon les cultures. Chacun décide de ce qui...