25 mars 2016

Couleurs adamantines

Des diamants exceptionnels, dont un vert en forme de cœur de 4,90 carats, pourraient battre des records aux enchères de Sotheby’s le 5 avril prochain, à Hong Kong.

Depuis dix ans, on assiste à un engouement fou pour les diamants de couleur. Christie’s et Sotheby’s égrènent les records… Un diamant orange de 14,82 carats à plus de 26 millions d’euros. Le « Pink Star » de 59,60 carats pour 83 millions de dollars. Le « Blue Moon », d’un bleu « fancy vivid » extrêmement rare, a atteint 48,46 millions de dollars soit 4 millions de dollars le carat. Le record pour un diamant vert remonte à 2009 : 2,52 carats ont été adjugés pour 3,07 millions de dollars (2,05 millions d’euros). Étourdissant. « On assiste au même phénomène pour toutes les très belles pierres comme les saphirs du Cachemire d’un bleu velouté unique ou les rubis extraits de la mythique mine de Mogok », explique un joaillier.

Le boom des diamants de couleur s’explique par une demande toujours plus forte (venant surtout des pays émergents comme la Chine) combinée à une offre de plus en plus restreinte. « Les pierres d’exception se raréfient car les mines s’épuisent et on n’en découvre pas de nouvelles », explique le négociant Mathieu Tarin. Les jaunes seraient 10 000 fois plus rares que les blancs. Les roses ne viennent que d’une seule mine : celle d’Argyle en Australie où l’on trouva aussi quelques diamants rouges, les plus rares de tous. Il n’en répertorie pas plus de trente dans le monde. Parmi ces miracles de la nature, l’un de 1,56 carats a été vendu plus de 2 millions de dollars, soit 6 millions de dollars pour un gramme.

Des joailliers comme Graff, Harry Winston, Cartier ou encore Tiffany & Co. ont bâti leur réputation sur les diamants de couleur. Ce dernier a fait son emblème d’un des plus gros jaunes jamais découverts. Le joaillier l’a taillé en forme de coussin de 128 carats puis l’a monté en broche généralement exposée dans la boutique historique de New York. Cartier et Harry Winston ont notamment été propriétaires du « Hope » (45,42 carats) d’une valeur inestimable, qui a orné la toison d’or de Louis XIV. Ses origines mystérieuses font écho à sa légende selon laquelle il porterait malheur à ses propriétaires.

Articles les plus lus

« Touaregs » au musée des Confluences

Cette exposition met en lumière les bijoux de ces tribus nomades du Sahara. Parfois associés à des bijoux de pacotille dans l’imaginaire collectif, ils...

Les œuvres d’art contemporain dans l’exposition « Medusa »

Une vingtaine d’œuvres d’art contemporain rythme l’exposition « Medusa », contribuant à rompre les clichés liés au bijou : le « trop...

Bois précieux

Le bois n’est pas spontanément associé au bijou et pourtant… Il permet aux créateurs contemporains de s’affranchir des matériaux traditionnels que...

Les Leopards Awards

Promouvoir l’histoire, le présent et le futur de la joaillerie anglaise : voici le but de ces premiers Leopards Awards, lancés le 15 novembre prochain...

Les bijoux d’avant-garde dans l’exposition « Medusa »

L’exposition laisse une large place à ce type de bijou qualifié également de « contemporain », encore très peu connu en France. Ci-contre :...

En pièces détachées

Contrairement aux idées reçues, plus les bijoux sont réalisés avec des matériaux précieux, moins ils ont de probabilités de traverser le temps.