Business

23 mars 2016

René Boivin, un nom masculin-féminin

René Boivin : en fait, derrière le nom de ce joaillier français très prisé se cache une équipe de femmes.

 

 

« Un atelier de dames »

Dans les ventes aux enchères et chez les marchands, les collectionneurs traquent les bijoux René Boivin, maison familiale qui prend son essor vers 1905. On l’ignore souvent, la plupart de ces pièces n’ont pas été réalisées par lui car il meurt en 1917, mais par des femmes. Françoise Cailles, auteur du seul livre sur cette maison, la qualifie d’ailleurs d’un « Atelier des dames ».

 

Jeanne Boivin

Après la Première Guerre mondiale, son épouse Jeanne perpétue son esprit novateur avec des contrastes inédits de bois et de diamant, de cristal de roche et de pierres fines colorées comme les améthystes violettes, les saphirs, les péridots verts, etc. Elle privilégie aussi l’or jaune en pleine vogue du platine et les volumes architecturés. Elle supervise tout avec une exigence extrême, y compris la fabrication. Ce qui explique que les bijoux Boivin aient une main : autrement dit, ils sont identifiables au premier coup d’œil.

 

Suzanne Belperron

Deuxième femme incontournable dans l’histoire de cette maison : la dessinatrice Suzanne Belperron. Pendant plus de dix ans, elle travaille en étroite collaboration avec Jeanne Boivin, au point qu’aujourd’hui on ne sait plus vraiment qui faisait quoi et de laquelle de ces deux femmes venaient les idées. En 1932, Suzanne Belperron part en claquant la porte pour fonder sa propre maison (aujourd’hui ressuscitée par les américains Landrigan) parce que, dit-on, elle n’aurait pas pu apposer sa signature sur les bijoux…

 

Juliette Moutard

Lui succède alors Juliette Moutard, une amoureuse des oiseaux qui perpétue les formes architecturées et les influences étrusques si chères à la maison. Elle avait beaucoup d’humour et de l’esprit, perceptibles par exemple dans son bestiaire à l’attitude malicieuse. Elle concrétise les idées de Jeanne Boivin qui adore l’univers de la mer avec des étoiles de mer aux branches articulées. Puis elle va collaborer avec une nouvelle venue, la fille de René Boivin.

Jusque dans les années 70, ce trio féminin va perpétuer le style Boivin et marquer l’histoire de la joaillerie jusqu’alors entièrement dominée par les hommes.

 

Articles relatifs à ce sujet :

Le phénomène Belperron

Olivier Baroin, l’expert de Suzanne Belperron

Où trouver un bijou Suzanne Belperron

Articles les plus lus

Urgent : recherche polisseuses et polisseurs !

Polir n’est pas scier ou souder la matière mais l’apprivoiser, jouer avec elle, lui donner le plus bel aspect possible en utilisant les meilleures...

De la mine à la vitrine, du brut à la pierre facettée

Grâce à l’achat du brut, les joailliers peuvent personnaliser la taille de leurs plus belles pierres. C’est aussi une des solutions au défi de la...

Nicolas Bos, CEO de Van Cleef & Arpels : transmission des métiers et des savoir-faire joailliers

Préservation et transmission des métiers et des savoir-faire joailliers : il faut séduire la gen’Z et celles qui vont suivre… Mission pour laquelle...

Demain, 5 nouvelles façons de découvrir le bijou au musée

Le dernier salon Museum Connection a montré une effervescence folle dans les musées engendrée par d’extraordinaires innovations. Il est temps de les...

Le business model digital de Sophie d’Agon

Sophie Lepourry a lancé la marque de bijoux Sophie d’Agon, il y a 5 ans. Elle revient sur la stratégie digitale qui l’a menée au succès et à...

Bijoux griffés/non griffés, les enjeux

Bijoux griffés / non griffés : le marché va-t-il évoluer comme ceux de la maroquinerie et de l’horlogerie majoritairement détenus par des grandes...