Style

13 mai 2022

3 raisons de s’offrir la « 222 » de Vacheron Constantin

Si je devais m’offrir une montre présentée au salon Watches & Wonders 2022, ça serait la réédition de la « 222 » créée en 1977, pour à l’époque célébrer les 222 ans de Vacheron Constantin.

Par Sandrine Merle.

 

 

« 222 », simplicité du design seventies

Cette montre en or, réédition quasi identique du modèle de 1977 « Jumbo » (37mm), est pile dans l’air du temps. Designée par le jeune Jörg Hysek (qui vient de chez Rolex), elle est, à cette époque, l’une des premières montres sport-chic. Autrement dit, elle a une silhouette raffinée et robuste à la fois, élégante en toute circonstances. Avec ses lignes extrêmement pures, elle est pensée genderless dès l’origine. Son boîtier monobloc en forme de tonneau est, lui, intégré au bracelet. « Techniquement elle est ultra basique, composée de trois plaques assemblées par des vis traversantes », résume l’expert Vincent Daveau.

 

« 222 », une montre encore peu connue

Contrairement à la « Royal Oak » d’Audemars Piguet et à la « Nautilus » de Patek Philippe créées à la même époque, la « 222 » n’a pas été vue et revue : la manufacture a en effet stoppé sa production 7 ans plus tard. Rappelons qu’à ce moment-là, l’horlogerie suisse était en plein marasme, elle subissait, entre autres, l’arrivée du quartz. Sur le marché du vintage, on n’en trouve donc pas plus de 520 exemplaires en version acier, moins de 150 en version or et pareil en version or/acier.

 

« 222 », le parfait produit de placement

« Tout cela fait de cette montre à 62 000 euros un produit parfait de placement, elle va garder sa valeur voire en gagner », explique Vincent Daveau. Selon lui, elle est calibrée pour cette nouvelle clientèle de collectionneurs officiant dans la finance et les start-ups. Pour Pierre Gisclard, fondateur de thewatchobserver, « elle est tout simplement parfaite ». Comme les listes d’attente pour obtenir une « Nautilus » ou une « Royal Oak » sont interminables (il y a des années d’attente), la voie est libre pour la « 222 ».

 

Article relatif à ce sujet :

Watches & Wonders, les complications pour tous

Articles les plus lus

TFJP x Comité Colbert, savoir-faire et métiers de l'or en joaillerie

Derrière tous les termes très techniques se cachent des savoir-faire merveilleux, souvent réservés à la haute joaillerie ou parfois complètement...

TFJP x Christie's Paris, comment porter un bijou vintage

Pour rajeunir ce pendentif quadragénaire, il y a bien plus audacieux que l’uni, le noir ou le blanc !

Le retour du "serti dressé"

Parmi tous les sertis (sur griffes, clos, etc.), le « serti dressé » reste peu utilisé. Jessica McCormack en a fait sa signature.

Ce qu'il faut retenir de la Jewelry Week - Paris, Juillet 2022

Les matériaux alternatifs de Boucheron, la montée en puissance du co-branding, la bague du XXIIe siècle, des hommages au cardinal Mazarin… : la Jewelry...

TFJP x Comité Colbert, l'or dans la couture

Les couturiers ont toujours raffolé de l’or, métal jaune qui irradie et accroche la lumière comme aucune autre matière. Illustrations avec trois...

Qui est Anna Hu ?

Véritable feu d’artifice de pierres de couleurs, « Metamorphosis » est un bijou emblématique du style Anna Hu. Il est la métaphore du renouveau, du...