Style

19 juillet 2020

« Contemplation » chez Boucheron, un instant de grâce  

Je ne retiendrai de la dernière Jewelry Week à Paris qu’une seule et magnifique collection, celle de Boucheron imaginée par Claire Choisne.

Par Sandrine Merle.

 

 

À cause du confinement, peu de joailliers ont été en mesure de terminer leur collection de haute joaillerie… Proposer plus de 60 pièces aussi sublimes, relève donc de la prouesse. Et sachant qu’il faut en moyenne 2 ans pour y arriver, la pertinence du thème, « profiter du temps présent » est sidérante. Claire Choisne renoue avec tout ce que l’on attend de la haute joaillerie : poésie, technicité, élégance.

 

La poésie de l’inspiration

Saisir l’éphémère, l’intangible, l’instant fugace d’une goutte de pluie s’étirant à l’infini avant de tomber, d’une plume qui volète ou les aigrettes d’une fleur de pissenlit qui se dispersent dans l’air … Le ciel, omniprésent, se transforme en miroir. Les diamants deviennent des cumulus cotonneux. Les couleurs céruléennes se confondent avec celles du temps. Tout est en apesanteur.

 

La technicité des matériaux

Matériaux et techniques avant-gardistes volent la vedette aux pierres. L’aérogel, matière composée à 99,8% d’air (le reste étant de la silice) utilisée par la NASA sert à capturer la poussière d’étoile… L’usage est poétique, la couleur impalpable et variable selon la lumière. Sur une parure, la gravure au laser permet de représenter une nuée d’oiseaux dans le cristal de roche. Grâce à un logiciel 3D et un algorithme, l’un des colliers est formé par un nuage de diamants et de gouttelettes de verre montés sur des fils de titane.

 

L’élégance de la présentation

Out les robes longues moulantes aux décolletés affriolants ! Le styliste Arthur Mayadoux a sublimé la modernité et la poésie du propos avec des cachemire beige, du satin ivoire, de la maille noire signées Acné, Max Mara, Uniqlo, Joseph, etc. Des marques casual que l’on n’a pas l’habitude de voir sur la place Vendôme. Les formes épurées subliment les textures sensuelles, elles-mêmes mises en valeur par la douceur des couleurs. Une élégance extrêmement sobre et bienvenue.

 

Collection après collection, Claire Choisne fait démonstration de son talent et de son style unique. François-Henri Pinault (propriétaire du groupe Kering auquel appartient Boucheron) qui me précédait le jour de la présentation, semblait subjugué.

 

Articles relatifs à ce sujet :

Boucheron et le maharadjah de Jodhpur 

10 bijoux à retenir de la Jewelry Week parisienne 

Articles les plus lus

L’humour a-t-il déserté la joaillerie ?

L’exposition, « Parenthèse humoristique, quand le bijou a de l’esprit » de Van Cleef & Arpels tombe à pic. Elle met en lumière un sujet...

Des bijoux qui se moquent du bijou

Pour torpiller les codes en jeu dans la joaillerie classique, les créateurs d’avant-garde convoquent humour et ironie. Leurs cibles préférées :...

Alina Alamorean, des bijoux tourmentés

Une partie de son travail, composé de pièces hypertrophiées en mouvement et en courbes, est d’une sensualité très forte. L’autre face est plus...

Karuna Balloo, horticultrice textile

Cette idée de fleur en tissu vient du pays où elle est née, l’île Maurice. Une île où se croisent des influences africaine, chinoise, européenne et...

Isabelle Stanislas à L'École des Arts Joailliers

Après une brève introduction par Cécile Lugand, historienne d’art, le maître laqueur Franck Cengizalp a invité les six participants à pratiquer des...

Petites folies de grandeur

Marie Genon a transformé le Grand Palais en bijoux. Du majestueux à l‘infiniment petit, cette jeune femme livre un premier opus joaillier hors-norme...