Mon agenda

05 février 2020

Voir l’exposition « Gold » à la Polka galerie

« Gold » présente trente images inédites d’un travail réalisé en 1986 par le photographe Sebastião Salgado dans la mine d’or de Serra Pelada.

Par Sandrine Merle.

 

 

Ceux qui ne connaissent pas les images de Sebastião Salgado prises en 1986 dans la mine de Serra Pelada vont être happés par leur puissance. On y voit des milliers d’hommes grouillant tels des insectes dans cette mine d’or à ciel ouvert, située au nord du Brésil. Dans la fosse de 200 mètres de profondeur, ces orpailleurs de la misère, courbés sous le poids de sacs de minerais, remontent en file indienne par de fragiles échelles en bois. Les autres dévalent les pentes boueuses.

 

Une mine tristement célèbre

La ruée vers l’or à Serra Pelada a commencé dans les années 80, après qu’un enfant ait trouvé une pépite en se baignant dans une rivière. C’est dans cette mine, sur des images de garimpeiros que commence le film américain « Powaqqatsi » de Godfrey Reggio produit par Coppola. En France, c’est elle qui a inspiré la chanson à Bernard Lavilliers, « Gentilshommes de Fortune ».

 

Des images inédites

L’exposition permet de découvrir des images inédites extraites des archives de Salgado. Elles ne figurent pas dans son livre «La main de l’homme » et n’ont été publiées dans aucun journal. Elles sont toujours aussi belles avec ce traitement en noir et blanc, les angles, les zooms, les lignes de fuite, les contrastes et les lumières. Un esthétisme qui lui a valu de virulentes critiques, accusé de magnifier la misère et de la commercialiser.

 

Ces images ont été prises par Sagaldo il y a un peu plus de 30 ans et plus aucun forçat ne travaille dans cette mine. Pourtant elles témoignent encore d’une terrible réalité au Mali, au Burkina Faso, à Madagascar, au Congo ou encore en Bolivie. Des images absolument incompatibles avec des bijoux (ou des téléphones) à plusieurs milliers d’euros.

 

Jusqu’au 14 mars à la Polka galerie – Cour de Venise – 12, rue Saint-Gilles, Paris 3e

 

Articles relatifs à ce sujet :

Et si je veux un bijou éthique?

Des bijoux pour sauver la planète

 

Articles les plus lus

Découvrir le rubis à L'École des Arts Joailliers avec Marie-Anne Bruschi

L’approche du cours est très intéressante car elle va bien au-delà : elle est transversale. J’y ai retrouvé beaucoup de mes centres d’intérêt :...

Enfin un livre sur Aldo Cipullo!

L’étroite collaboration avec Cartier est au centre de la vie d’Aldo Cipullo, dans tous les sens du terme : elle commence dix ans après son arrivée à...

"Découvrir le monde des pierres", un cours pour vos ados à L'École des Arts Joailliers

Les cours proposés par L’École des Arts Joailliers s’adressaient également à un jeune public entre 5 et 18 ans. J’ai assisté à celui intitulé...

Vente Aguttes, éloge des bijoux non signés

Dans un bijou, la signature ne fait pas tout ! J’aime particulièrement ceux qui ne sont pas signés comme cette petite dizaine sélectionnée dans la...

Si le Père Noël était un chic type...

Si le Père Noël était un chic type, il m’offrirait un diamant rose d’Argyle, un itinéraire joaillier au Pérou, un « Tutti Frutti » de Cartier...

À lire, "Jean Dunand" aux Éditions Norma

Dans ce livre « Jean Dunand » des Éditions Norma, Félix et Amélie Marcilhac proposent une première : un répertoire d’une cinquantaine de bijoux.