Mon agenda

18 février 2020

Visiter la galerie d’Apollon rénovée, au Louvre

Après 10 mois de dépoussiérage et une nouvelle mise en lumière, la galerie d’Apollon est enfin à la hauteur des trésors qu’elle abrite dont les célèbres Joyaux de la Couronne de France.

Par Sandrine Merle.

 

 

La galerie d’Apollon, sur ses plus de 60 mètres de long, accueille 105 pièces extraordinaires dont les plus connues : les Joyaux de la Couronne de France. « Ce terme générique ne comprend pas seulement les bijoux ayant appartenu aux rois de France mais tous les regalia, c’est-à-dire pierres précieuses et objets de glyptique », précise Pierre Rainero directeur du style et du patrimoine du joaillier Cartier, mécène de cette rénovation.

 

Au centre, trois nouvelles vitrines

La présentation chronologique permet d’avoir une vision complète des 23 pièces miraculées de cette collection qui a été mise en gage, volée, en partie retrouvée puis finalement vendue aux enchères en 1887. Au fur et à mesure des années, le Louvre a racheté la couronne de Louis XV, le Régent, l’Hortensia visibles dans la première vitrine consacrée à la période antérieure à la Révolution ou encore la broche nœud de l’impératrice Eugénie dans celle dédiée au Second Empire. Entre les deux, se situent les parures d’émeraudes ou en micro-mosaïque de l’impératrice Marie-Louise ou encore le diadème de la duchesse d’Angoulême.

 

Les vases en pierres dures de Louis XIV

Ce réaménagement muséographique valorise des pièces magnifiques, les vases en pierres dures (c’est-à-dire en pierres opaques) de la collection de Louis XIV qui en a compté jusqu’à neuf cent cinquante. En agate, jaspe, lapis-lazuli, cristal de roche, sardoine, agate, ils prennent souvent des formes fantaisistes (vaisseau, poisson, etc.) encadrés d’anses et de socles très orfévrés. Autre particularité : ils sont constitués d’éléments d’époques différentes et du monde entier.

 

L’artisanat rejoint l’art

« La galerie d’Apollon met en lumière la dimension royale de cette incroyable collection, explique Pierre Rainero. Elle permet surtout de montrer que l’artisanat rejoint l’art, la distinction Arts appliqués et Beaux-Arts ne datant que du XVIIIe siècle. C’est seulement à cette époque qu’on se met à considérer la poésie, la sculpture ou encore la peinture comme supérieures. »

 

Allez donc découvrir cette galerie d’Apollon rénovée le soir, au moment où la douceur de l’éclairage sur les stucs, les boiseries et les tapisseries des Gobelins créé une atmosphère digne du XVIIe siècle. Autre occasion à ne pas manquer, la Masterclass de L’École des Arts Joailliers le 2 et 3 mars prochain consacrée aux Joyaux de la Couronne : le musée du Louvre étant fermé au public, vous y serez seul avec le conférencier. Un immense privilège.

 

Articles relatifs à ce sujet :

5 bijoux de l’impératrice Eugénie au musée du Louvre

Le plus gros cambriolage de l’histoire à l’hôtel de la Marine

Louis XIV, « l’inventeur » de la haute joaillerie française

 

Articles les plus lus

Poudriers, 10 ans de collection à la bibliothèque Forney

La collection d’Anne de Thoisy-Dallem exposée à la bibliothèque Forney comprend 150 marques dont certaines appartiennent au monde du bijou : Hermès,...

Ma wishlist Noël autour du bijou

Sans plus attendre, voici des idées de cadeaux à souffler à l’oreille de son entourage…

Sous la nef majestueuse du Musée des Arts décoratifs...

Au centre de la majestueuse nef du Musée des Arts décoratifs, des écrans géants. Chacun d’entre eux projette un bâtiment islamique stylisé en...

6 raisons d’aller voir l’exposition « Cartier et les Arts de l’Islam »

Cette exposition ne se contente pas de dire : les bijoux sont inspirés par les arts de l’Islam. Elle le démontre !

Amateurs de chaînes, ne manquez pas la vente Aguttes

Dans sa vente du 21 octobre prochain, Aguttes propose une sélection de très belles chaînes anciennes et vintage, d’une créativité folle.

Trouver son solitaire diamant aux enchères

Et si vous cherchiez votre solitaire dans une des prochaines ventes aux enchères ?