Itinéraires joailliers

27 janvier 2016

Le plus gros cambriolage de l’Histoire à l’hôtel de la Marine

Il n’a pas eu lieu chez Chopard, Cartier ou Harry Winston, mais à l’angle de la place de la Concorde et de la rue Saint-Florentin.

 

 

La monarchie est abolie, on est en septembre 1792 au pire moment de la Révolution. L’hôtel de la Marine est alors le Garde-Meuble royal où sont conservés les Joyaux de la Couronne de France. Le mode opératoire du cambriolage est rocambolesque : les brigands s’introduisent par une corde accrochée à la lanterne à l’angle et s’installent, chantent et boivent en faisant grand bruit pendant trois longues nuits sans être inquiétés. Au fur et à mesure, ils embarquent un trésor inestimable composé de sept tonnes d’or et de plus de 10 000 pierres précieuses et perles. Quelques merveilles parmi les merveilles : « Le Régent » considéré comme l’un des plus gros diamants du monde, le « Côte de Bretagne » de 107 carats ou encore le « Sancy » qui heureusement ont été retrouvés. Ils sont aujourd’hui à l’abri, à la galerie d’Apollon au musée du Louvre (Paris). Le diamant bleu de Louis XIV de 69 carats (aujourd’hui sous une autre forme et appelé « Hope »), lui, est au Smithonian Institute de Washington. Les pierres de plus petits calibres, faciles à écouler, ont, elles, disparu à jamais. Qui ? Pourquoi ? Les cambrioleurs arrêtés ne seraient que des seconds couteaux qui auraient bénéficié de complicité en haut lieu. Les royalistes, pour monter une armée révolutionnaire ? Danton, pour acheter les ennemis de la Révolution ? Les Anglais, pour affaiblir l’ennemi français et l’empêcher de monter une armée ? Ce gigantesque casse reste l’une des plus grandes énigmes de l’Histoire de France.

Articles les plus lus

Venise ou la Sérénissime des anneaux

Aux environ de l’an 1000, le doge aurait jeté pour la première fois une bague en or dans les eaux de la lagune en prononçant ses mots : « Nous...

La Pala d’Oro de la basilique Saint Marc avec Alberto Nardi

Dissimulé derrière le maître-hôtel, ce retable en or, en pierres précieuses et en perles a été commandé aux artisans de Constantinople en 916. Quand...

La boutique Georges Fouquet au musée Carnavalet

Porté par le succès ses bijoux dessinés par Mucha, Georges Fouquet demande à l’artiste tchèque de concevoir sa nouvelle boutique du 6 rue Royale, en...

5 raisons d’aller chiner aux Merveilles de Babellou

Ici, pas de sélection en demi-teinte : extravagance et théâtralité sont les critères de choix d’Isabelle Klein. Il faut qu’une pièce claque,...

Il y a 150 ans, quand la colonne Vendôme était à terre...

À l’époque, aucun joaillier n’a pignon sur la place Vendôme. Excepté Gabriel Lemonnier, le joaillier officiel de Napoléon III.

Marc Deloche à L'École des Arts Joailliers

« Ce qui m’a sans doute le plus interpellé dans ce tour du monde : la mise en lumière de la préciosité selon les cultures. Chacun décide de ce qui...