Itinéraires joailliers

21 octobre 2020

Marie Thevenon à L’École des Arts Joailliers

Grande cavalière et reine de l’art de vivre à la française, Marie Thevenon a été responsable presse et digital chez un grand joaillier. Elle était mon invitée à L’École des Arts Joailliers au cours « La Magie du Diamant : Symboles et Légendes ». Ses impressions.

 

 

Sandrine Merle. Tu savais déjà beaucoup de choses sur le diamant. Qu’as-tu encore découvert à l’occasion de ce cours ? 

Marie Thevenon. J’ai bénéficié de nombreuses formations mais j’ai réalisé que toutes mes connaissances étaient techniques : 4C, radiance, etc. J’ignorais par exemple qu’il était considéré comme un remède avant que l’on ne se rende compte qu’il était… un poison. Il a aussi servi à financer des guerres ou à négocier des paix ! Quant aux diamants légendaires comme le Régent, je ne connaissais rien de leurs aventures. Léonard Pouy et Isabelle Delahaye, historien d’art et gemmologue, m’ont emmenée dans un voyage en 3D dans l’histoire, le temps et l’espace ! Ces deux heures, une parenthèse enchantée dans cette morosité ambiante, ont passé à une vitesse folle.

 

S.M. Quelles histoires t’ont le plus enchantée ?

Marie Thevenon. Tour à tour romantiques, drôles, diplomatiques impliquant rois et princesses, actrices, diamantaires, escrocs ou encore déesses hindous, toutes les histoires sont fascinantes. Pour moi, la plus incroyable est celle du Florentin ! Ce diamant jaune pâle aurait d’abord été perdu par Charles Le Téméraire à la bataille de Grandson. Il est ensuite passé par le Saint Siège, dans la collection des Médicis puis chez les rois de Saxe dont il ornait la couronne. Il a finalement disparu dans les années 20 et depuis, il n’est jamais réapparu. Quelle épopée !

 

S.M. De quoi te donner envie d’en découvrir davantage ?

Marie Thevenon. Le cours permet d’admirer les répliques des diamants célèbres ainsi que celles des diamants rapportés par Jean-Baptiste Tavernier à Louis XIV. En complément, je vais aussi courir à l’exposition « Pierres Précieuses » où est exposé le plastron fait par Van Cleef & Arpels pour la reine Nazli d’Égypte avec 673 spécimens taille baguette et brillant. Je veux surtout raconter toutes ces histoires fascinantes à mes filles. Le rêve serait de partager ce type de cours avec elles !

 

Image en bannière : répliques des diamants célèbres rapportés par Jean-Baptiste Tavernier à Louis XIV – Marie Thevenon

 

Cours « La Magie du Diamant : Symboles et Légendes » à L’École des Arts Joailliers

 

Articles relatifs à ce sujet :

Vanessa Pinoncely à L’École des Arts Joailliers

Les coulisses de l’exposition Jean Vendome à L’École des Arts Joailliers 

Articles les plus lus

Le Crédit Municipal, un acteur discret mais étonnamment puissant

En 2020, les ventes de bijoux et de montres anciens ou pre-owned du Crédit Municipal ont généré plus de 10,6 millions d’euros.

Venise ou la Sérénissime des anneaux

Aux environ de l’an 1000, le doge aurait jeté pour la première fois une bague en or dans les eaux de la lagune en prononçant ses mots : « Nous...

La Pala d’Oro de la basilique Saint Marc avec Alberto Nardi

Dissimulé derrière le maître-hôtel, ce retable en or, en pierres précieuses et en perles a été commandé aux artisans de Constantinople en 916. Quand...

La boutique Georges Fouquet au musée Carnavalet

Porté par le succès ses bijoux dessinés par Mucha, Georges Fouquet demande à l’artiste tchèque de concevoir sa nouvelle boutique du 6 rue Royale, en...

5 raisons d’aller chiner aux Merveilles de Babellou

Ici, pas de sélection en demi-teinte : extravagance et théâtralité sont les critères de choix d’Isabelle Klein. Il faut qu’une pièce claque,...

Il y a 150 ans, quand la colonne Vendôme était à terre...

À l’époque, aucun joaillier n’a pignon sur la place Vendôme. Excepté Gabriel Lemonnier, le joaillier officiel de Napoléon III.