L'invité

04 juillet 2017

Carole Fraresso, archéo-métallurgiste

Commissaire scientifique de l’exposition « Inca – Or. Pouvoir. Dieu. », Carole Fraresso est également la créatrice des bijoux Motché, inspirés des parures précolombiennes.

 

Vous êtes docteure en archéo-métallurgie, c’est-à-dire… ?

Je mène des enquêtes avec des outils modernes comme le microscope pour caractériser les matériaux, les techniques, reconstituer des chaînes de fabrication dans les sociétés précolombiennes. Ce qui m’a permis de faire parler les parures : une impureté, un martelage, un alliage ou une structure cristallographique peut révéler la provenance géographique, la situation économique d’une civilisation, etc. On peut même aller jusqu’à déterminer si des objets ont été faits par la même main.

 

Quel est le sujet de cette exposition « Inca – Or. Pouvoir. Dieu. » installée dans le Patrimoine Culturel Mondial Völklinger Hütte ?

Elle montre l’histoire des civilisations précolombiennes et leur développement culturel, des Incas aux Chimús en passant par les Mochicas. Au Pérou, le développement métallurgique a été particulièrement important comme en témoignent les 220 objets couvrant 5 000 ans d’histoire. La plupart proviennent du musée Larco à Lima et du musée des Jacobins d’Auch en France.

 

Malgré son titre, l’exposition présente peu d’objets incas ?

En effet, on compte seulement quelques pièces comme la manchette en or lisse, retrouvée au Machu Picchu. Cette civilisation précolombienne, la plus connue (1300-1532 après J.-C.), ne travaille pas l’or : elle récupère les savoir-faire d’orfèvres chimús (1100-1470 après J.-C.) du nord du Pérou en les transférant à Cuzco. Mais on le voit très bien dans cette exposition, les plus grands virtuoses de l’orfèvrerie précolombienne sont les Mochicas (100-800 après J.-C.). Méconnus du grand public, ce sont pourtant eux qui instaurent un système métallurgique sophistiqué. Leurs masques funéraires, ornements de nez, boucles d’oreilles et diadèmes sont d’une délicatesse et d’une légèreté extrêmes.

 

Quelles sont leurs techniques ?

Les parures sont réalisées dans des feuilles de moins d’un millimètre d’épaisseur, à une époque où, ne l’oublions pas, les artisans ne disposent ni de laminoir, ni d’électricité. À partir du moment où les Mochicas introduisent le cuivre, les inventions se multiplient. Différents types d’alliages de cuivre et d’argent, de cuivre et d’or ou encore de bronze apparaissent, la gamme de couleurs se diversifie. Ils innovent avec la soudure et un procédé électrochimique similaire à l’électrolyse contemporaine destiné à recouvrir leurs objets d’une très fine couche d’or. Il s’agissait alors probablement de pallier une pénurie de ce métal précieux notamment liée à une forte augmentation de la demande des pouvoirs politiques.

 

Ce qui explique la déception des conquistadores espagnols ?

Dans les écrits, on constate qu’ils sont en effet déçus par les objets qu’ils fondent car la majorité est composée d’alliages. L’or s’avère de basse qualité et de faible titre… Or, quand Francisco Pizarro et ses hommes débarquent en Colombie en 1532, ils ont en tête les récits de Christophe Colomb décrivant d’incommensurables richesses.

 

Ce sont des pièces cérémonielles, religieuses…

Les parures participent à la théâtralisation de la religion, elles confèrent un caractère divin aux dirigeants qui s’approprient ainsi des pouvoirs magiques. Comme les ornements de nez ou cette couronne ovale de deux kilos, surmontée de grandes plumes rigides atteignant soixante-dix centimètres de haut, qui sont importables ! Dans ces sociétés sans écriture, le métal n’est jamais choisi au hasard : l’or associé au soleil est celui des dieux, l’argent associé à la lune suggère le monde souterrain des morts et des ancêtres. Et les motifs, êtres à crocs, serpent, victime sacrifiée, araignée et autre hibou, ont tous une signification mythologique ou symbolique.

 

Vous avez une relation privilégiée avec le sublime musée Larco à Lima ?

J’ai rencontré la famille Larco qui en est propriétaire, en 2001, à l’occasion de ma thèse en archéomatériaux intitulée « La parure dans les rituels de la culture Mochica ». Je suis la première à avoir eu accès à leur collection exceptionnelle de parures identitaires, cérémonielles, funéraires. En réalisant le catalogue en ligne, je les ai touchées, pesées, mesurées et portées, quand c’était possible. Je connais la façon dont elles sont arrivées dans la collection. Aujourd’hui, je suis chercheur associé et je travaille sur la promotion du musée et des collections. J’ai l’impression de faire un peu partie de la famille…

 

En 2010, vous avez lancé Motché, une collection de bijoux inspirée par les parures précolombiennes.

J’ai étudié les plus belles collections de parures précolombiennes dans le monde entier, Motché est la suite logique. Les pièces sont scindées en deux thèmes : Création et Exclusive. Dans la première, je reprends les lignes les plus épurées et les motifs abstraits chimús, par exemple. Dans la seconde, je réinterprète des pièces plus travaillées et volumineuses comme celles du musée Larco. S’y côtoient des représentations de personnages emblématiques comme le seigneur d’Ucupe, d’animaux, de créatures anthropomorphes, etc. Grâce à Motché et à ma collaboration avec le maître-orfèvre Armando, j’essaie surtout de perpétuer les savoir-faire précolombiens. Il est aujourd’hui l’un des rares artisans péruviens à maîtriser la technique de la feuille d’or dans laquelle excellaient les Mochicas.

Articles les plus lus

Jean Vendome, un pionnier du bijou contemporain

Comment ne pas rendre hommage à ce joaillier français décédé il y a quelques jours ? Méconnu du grand public il a, en 50 ans de carrière, ouvert...

Feng. J, joaillière du XXIe siècle

Après Shanghai, Feng J. est sur le point d’ouvrir un deuxième showroom à Paris pour présenter ses pièces de haute joaillerie. À à peine plus de 30...

« Medusa. Bijoux et tabous » - L'installation

Quelques jours avant l’ouverture de l’exposition « Medusa », j’ai rencontré la commissaire Anne Dressen et les deux conseillers scientifiques,...

Clémence, Lara, Émeraude et les Rolex à logo

Clémence Cahu s’est intéressée aux Rolex vintage en série limitée portant le logo d’une entreprise ou d’une armée. Voici les cinq modèles...

Mucha et les bijoux Art nouveau

Alfons Maria Mucha, connu pour ses affiches publicitaires et ses panneaux décoratifs, a aussi joué un rôle essentiel en joaillerie, notamment grâce à...

Viren Bhagat, joaillier de Bombay

À Bombay, j’ai rencontré le seul joaillier contemporain indien figurant dans l’exceptionnelle collection Al Thani, présentée au Grand Palais.