13 juin 2017

René Lalique dans l’exposition « Medusa »

Habituellement visible dans la galerie des Bijoux du musée des Arts décoratifs, ce collier « Noisettes » du début des années 1920 est l’une des pièces majeures de l’exposition « Medusa ». Michèle Heuzé, conseillère scientifique de l’exposition, le considère comme le plus ancien des bijoux d’avant-garde, bien avant ceux de Calder. Explication.

 

« Il y a un bijou qui n’est pas comme les autres, parce qu’il va nous donner des pistes. Il n’est pas comme les autres, d’abord parce qu’il y a des excroissances en vert-bleu qui ne sont pas belles. Ce n’est pas un beau bijou, en soi, si on regarde bien. Ces excroissances sont censées figurer le ciel, or dans aucun bijou de Lalique, le ciel n’est représenté par des excroissances : d’habitude, vous avez des fonds émaillés, bleus, etc. Là, vous avez ces grosses « capsules », si je puis dire, de vert-bleu, qui tombent. Et puis, l’autre indice que nous a donné Lalique, c’est le rapport aux sens : il a inventé une technique d’émaillage où vous pouvez, en touchant l’émail, sentir qu’il est râpeux. Or, nous sommes sur le collier « Noisettes », et dans les noisettes, il y a une partie qui reste râpeuse, même quand elles sèchent. C’est donc un appel des sens : des sens visuels et des sens tactiles. Là, ce qui est vraiment passionnant avec Lalique, un amoureux de la nature, c’est que l’on sait par ses lettres qu’il partait marcher la nuit, et il disait que tout dans son cœur devenait extrêmement sensible quand il était la nuit dans les arbres, et qu’effectivement, il allait sous les arbres et voyait cette lumière qui tombait sur lui. Et là peut-être, exceptionnellement dans ce bijou, on est avec Lalique, sous un noisetier, parce que la lumière tombe sur vous. »

Articles les plus lus

Gas et son atelier-bohème

Chez Gas, visite de l’atelier situé sur les hauteurs de Marseille. Là, bat le cœur de la marque au style « chic solaire ». 

Les montres seventies Piaget chez Artcurial

Cette vente exceptionnelle baptisée « Le temps est féminin », met en lumière une quinzaine de montres de femme vintage signées Piaget.

« Précieuses Ballerines » de Van Cleef & Arpels

Les ballerines, au cœur de la nouvelle exposition Van Cleef & Arpels, ont été inspirées dans les années 1940 par les peintures d’Edgard Degas.

« Le temps est féminin », l’édito de the french jewelry post

C’est un plaisir de signer l’édito de ce catalogue Artcurial. Il rend hommage aux montres vintage réunies pour cette vente aux enchères...

Le bijou couture à The Vintage Collector’s Fair

Les 1er et 2 décembre prochains, l’antiquaire de mode Catherine Lecomte réunit une quinzaine de confrères au Bristol. Le vintage haut de gamme se...

« Touaregs » au musée des Confluences

Cette exposition met en lumière les bijoux de ces tribus nomades du Sahara. Parfois associés à des bijoux de pacotille dans l’imaginaire collectif, ils...