19 septembre 2017

Christopher Thompson Royds au V&A Museum

Le collier de ce jeune designer anglais vient d’entrer dans l’une des plus prestigieuses collections, celle de la galerie des bijoux du musée londonien. Composée de quelque 3 500 pièces allant du Moyen Âge à aujourd’hui, elle comprend les diamants de Catherine II de Russie, la parure en émeraudes de Joséphine de Beauharnais, le bandeau « Tutti Frutti » de lady Mountbatten ou encore une couronne de mariage norvégienne du XVIIe siècle. N’entre pas au musée, n’importe quel bijou… Il doit représenter une écriture, une époque ou une prouesse technique comme celle-ci consistant en des tiges et fleurs découpées dans de fines feuilles d’or reliées entre elles par des fils également en or. Il se pare alors d’une aura qui va bien au-delà : il s’inscrit dans le panorama de l’histoire.

Articles les plus lus

Santé !

Les bijoutiers-joailliers développent un univers global à l’instar de la créatrice de Foundrae, Beth Bugdaycay.

Coiffes patriotiques

Un collectif de créatifs ukrainiens, Treti Pivni, revisite la coiffe traditionnelle. Un geste patriotique.

L'or torturé d'Orit Elhanati

Le travail d’Orit Elhanati se caractérise par une texture d’or originale.

Les bijoux de tête de Maiko Takeda

Les parures de tête de la créatrice japonaise Maiko Takeda oscillent entre la fleur de pissenlit et le casque destiné à des expériences...

L'interminable hausse du cours de l'or

En 2019, après quelques années de stagnation, le prix de l’once d’or s’est envolé de 20%. Et en 2020, cela ne semble pas s’arrêter… 

Une plaque en émail d'Alexis Falize entre au MAD Paris

Le Musée des Arts Décoratifs vient d’acheter chez Wartski le livre « Les Émaux Cloisonnés Anciens et Modernes ». La couverture est incrustée...