07 avril 2017

Charles Loloma

Ce bracelet vendu par le marchand new-yorkais Siegelson est emblématique du travail de Charles Loloma. Également peintre et sculpteur, ce joaillier indien vivait entre sa réserve Hopi et New York. À partir des années 1950, il réinterprète les éléments de sa culture comme la turquoise grâce à l’or, à des formes sculpturales et à des mosaïques de pierres. Frank Lloyd Wright était l’un de ses grands clients.

Articles les plus lus

Le boom de la laque

Opaque, lisse et brillante sans étinceler de mille feux, la laque est omniprésente dans les collections. On dirait que les bijoux ont été peints dans...

Tabayer, l’or allégé

J’ai été aussi surprise par l’extrême légèreté de ce volumineux bracelet Tabayer… au point de me demander s’il s’agissait bien d’or.

Défilé Balmain SS22 : obsession maillon

Le maillon, élément central de la collection Balmain SS22, devient même le vêtement quand Olivier Roustaing l’agrandit et le transforme en top ultra...

Osez ces bijoux importables !

Trop inquiétants, trop excentriques, trop, trop, trop… Importables me direz-vous en voyant ces bijoux. Mais demain?

Renard Bijoux, l’émotion du quotidien

On perçoit dans les bijoux de Véronique Renard l’authenticité, l’émotion liée aux petits riens du quotidien, le travail fait main…

Repossi x Mapplethorpe

Gaia Repossi, directrice artistique de la marque fondée par son père (aujourd’hui propriété de LVMH), a imaginé une collection de bijoux inspirée de...