Mon agenda

19 décembre 2018

« Un miroir d’obsidienne » chez Pierre-Alain Challier

Le galeriste Pierre-Alain Challier a demandé à 13 artistes de créer des miroirs et des bijoux dans une pierre noire peu connue : l’obsidienne d’Arménie.

 

 

« L’obsidienne a fait entrer l’homme dans son humanité : quand on parle de l’âge de pierre en Orient, il ne s’agit pas de silex mais d’obsidienne », explique Pierre-Alain Challier. Très noire, elle a notamment été utilisée pour faire les pupilles des yeux du masque funéraire de Toutankhamon ou des miroirs avec lesquels on enterrait les morts. Puis elle a disparu… « Le bloc soviétique a empêché les importations d’Arménie, continue Michel der Agobian spécialiste de cette obsidienne extraite au mont Ararat. Elle servait à faire des souvenirs pour touristes. »

 

Variations sur le noir

Jean-Luc Parant et Jean-Michel Othoniel ont interprété un bloc brut d’obsidienne aux arêtes polies. Le premier l’a façonné en figures évoquant l’archéologie puis il l’a monté sur un cordon. Le second l’a suspendu sur un sautoir en perles de verre, son matériau fétiche. On voit alors la similitude des éclats. Mattia Bonetti a, lui, taillé des perles parfaitement rondes dans un bloc puis il les a incluses dans de la résine transparente. Tandis qu’Anne et Patrick Poirier ont imaginé des formes géométriques architecturales assemblées comme dans un jeu de construction, en un immense collier.

 

Arik Levy, fou d’obsidienne

Très inspiré, Arik Levy est l’artiste qui a créé le plus grand nombre de pièces. Les cubes noirs incrustés de bagues et le rocher d’obsidienne équipé d’une chaîne et de menottes, sont conceptuels. Il interroge ainsi le désir de posséder une pierre toujours plus grosse au point qu’elle soit importable et qu’elle nous rende esclave. Arik Levy a finalement exploré la particularité de l’obsidienne d’Arménie : une transparence avec des veinures noires rappelant celles du bois. Il les a positionné horizontalement, verticalement, en travers.

 

Avec le travail d’orfèvres, sculpteurs, designers, architectes ou encore de plasticiens, Michel der Agobian et Pierre Alain-Challier ont propulsé l’obsidienne dans la modernité.

 

 » Un miroir d’obsidienne, Miroirs et Bijoux d’Artistes « , jusqu’au 12 janvier 2019

 

Image en bannière : Arik Levy – Sculpture-bijou « Hold me tight » (détail)

Articles les plus lus

Assister à l'Evening Conversation "Bijoux de la Renaissance" à L'École des Arts Joailliers

Le 23 janvier prochain, L’École des Arts Joailliers explore la Renaissance. Un âge d’or du bijou caractérisé par une extrême créativité, l’afflux...

S’offrir une montre émaillée de la Fondation Napoléon chez Artcurial 

Le 9 décembre prochain, la Fondation Napoléon met en vente un ensemble de ravissantes montres de poche du 18e et 19e siècle en émail de couleur. A...

La vente Buccellati chez Sotheby’s Paris

Sotheby’s Paris proposera 26 bijoux du joaillier italien Buccellati à l’occasion du 100e anniversaire de ce dernier. Lors de l’exposition, Sotheby’s...

Le bijou est partout...

… même dans les expositions où on ne l’attend pas. En voici quelques-unes à ne pas manquer.

Journées Européennes du Patrimoine : 10 visites incontournables

Pendant les 36èmes Journées Européennes du Patrimoine, voici 10 lieux incontournables à Paris pour amateurs de bijoux et de pierres précieuses.

Lacloche, un livre et une exposition

Lacloche est l’un des joailliers français disparus de la mémoire collective. Pour la première fois, il est au centre d’une exposition à l’École des...