Mon agenda

19 décembre 2018

« Un miroir d’obsidienne » chez Pierre-Alain Challier

Le galeriste Pierre-Alain Challier a demandé à 13 artistes de créer des miroirs et des bijoux dans une pierre noire peu connue : l’obsidienne d’Arménie.

Par Sandrine Merle.

 

 

« L’obsidienne a fait entrer l’homme dans son humanité : quand on parle de l’âge de pierre en Orient, il ne s’agit pas de silex mais d’obsidienne », explique Pierre-Alain Challier. Très noire, elle a notamment été utilisée pour faire les pupilles des yeux du masque funéraire de Toutankhamon ou des miroirs avec lesquels on enterrait les morts. Puis elle a disparu… « Le bloc soviétique a empêché les importations d’Arménie, continue Michel der Agobian spécialiste de cette obsidienne extraite au mont Ararat. Elle servait à faire des souvenirs pour touristes. »

 

Variations sur le noir

Jean-Luc Parant et Jean-Michel Othoniel ont interprété un bloc brut d’obsidienne aux arêtes polies. Le premier l’a façonné en figures évoquant l’archéologie puis il l’a monté sur un cordon. Le second l’a suspendu sur un sautoir en perles de verre, son matériau fétiche. On voit alors la similitude des éclats. Mattia Bonetti a, lui, taillé des perles parfaitement rondes dans un bloc puis il les a incluses dans de la résine transparente. Tandis qu’Anne et Patrick Poirier ont imaginé des formes géométriques architecturales assemblées comme dans un jeu de construction, en un immense collier.

 

Arik Levy, fou d’obsidienne

Très inspiré, Arik Levy est l’artiste qui a créé le plus grand nombre de pièces. Les cubes noirs incrustés de bagues et le rocher d’obsidienne équipé d’une chaîne et de menottes, sont conceptuels. Il interroge ainsi le désir de posséder une pierre toujours plus grosse au point qu’elle soit importable et qu’elle nous rende esclave. Arik Levy a finalement exploré la particularité de l’obsidienne d’Arménie : une transparence avec des veinures noires rappelant celles du bois. Il les a positionné horizontalement, verticalement, en travers.

 

Avec le travail d’orfèvres, sculpteurs, designers, architectes ou encore de plasticiens, Michel der Agobian et Pierre Alain-Challier ont propulsé l’obsidienne dans la modernité.

 

 » Un miroir d’obsidienne, Miroirs et Bijoux d’Artistes « , jusqu’au 12 janvier 2019

 

Image en bannière : Arik Levy – Sculpture-bijou « Hold me tight » (détail)

Articles les plus lus

Découvrir le rubis à L'École des Arts Joailliers avec Marie-Anne Bruschi

L’approche du cours est très intéressante car elle va bien au-delà : elle est transversale. J’y ai retrouvé beaucoup de mes centres d’intérêt :...

Enfin un livre sur Aldo Cipullo!

L’étroite collaboration avec Cartier est au centre de la vie d’Aldo Cipullo, dans tous les sens du terme : elle commence dix ans après son arrivée à...

"Découvrir le monde des pierres", un cours pour vos ados à L'École des Arts Joailliers

Les cours proposés par L’École des Arts Joailliers s’adressaient également à un jeune public entre 5 et 18 ans. J’ai assisté à celui intitulé...

Vente Aguttes, éloge des bijoux non signés

Dans un bijou, la signature ne fait pas tout ! J’aime particulièrement ceux qui ne sont pas signés comme cette petite dizaine sélectionnée dans la...

Si le Père Noël était un chic type...

Si le Père Noël était un chic type, il m’offrirait un diamant rose d’Argyle, un itinéraire joaillier au Pérou, un « Tutti Frutti » de Cartier...

À lire, "Jean Dunand" aux Éditions Norma

Dans ce livre « Jean Dunand » des Éditions Norma, Félix et Amélie Marcilhac proposent une première : un répertoire d’une cinquantaine de bijoux.