Mon agenda

25 mars 2019

Ma visite chez Shalom Bronstein

A New-York, j’ai rendu visite à Shalom Bronstein, marchand en pierres précieuses et en bijoux anciens. Il exposera du 9 au 12 mai prochain, à GemGenève.

 

 

Cet exposant à GemGenève est situé dans le Diamond District, le quartier où se côtoient des milliers de courtiers et négociants en bijoux, or ou diamants, pierre préférée des Américains. Passage au détecteur et pièce d’identité sont obligatoires pour accéder à son étage. Juste avant de sortir de l’ascenseur, quelqu’un me lance « bon shopping »… Je comprends la boutade quelques secondes plus tard, en voyant les mètres linéaires de vitrines remplies de diamants et de bijoux !

 

Marchand en bijoux anciens et pierres

Volubile, Shalom Bronstein m’explique ses débuts dans le métier, par hasard, en 1979 lors d’un petit job d’été chez des parents de sa femme, diamantaires à Anvers. « Chez moi, on ne vend et n’achète qu’en gros c’est-à-dire à des professionnels, explique-t-il. Les particuliers ont trop d’états d’âme : ils sont attachés à leurs pièces, ils veulent s’en séparer mais pas vraiment, ils hésitent puis ils regrettent… » Ce qui explique l’absence de fioriture et de présentation sophistiquée comme dans les salons joailliers de la place Vendôme. Le grand public ne pénètre jamais dans ce bureau perché dans la forêt de gratte-ciels de Midtown.

 

Le grand « déballage »

Une ceinture Cartier des années 20 ornée d’un jade à motif moghol du début du 18e siècle, s’ensuivent un collier dans son écrin en perles naturelles, les plus recherchés, un ravissant sac du soir du début du 19e siècle en maille d’or du joaillier français Mellerio et une parure en diamants entièrement transformable en bracelets, colliers, bijoux de tête. Il y en a partout, dans les vitrines, sur les tables et dans le coffre d’où Shalom Bronstein extrait un diamant coussin de 11 carats, une paire de boucles d’oreille Harry Winston formées par deux diamants poire. Prix annoncé : $3 millions ! La plus grande fierté de Shalom Bronstein : l’incroyable ensemble de camées du 19e siècle, patiemment rassemblés. « Le camée n’est pas à la mode, pas plus que les ceintures », énonce-t-il.

Ce qui leur confère justement une valeur unique qu’apprécieront marchands et créateurs présents à GemGenève.

 

Articles sur le même sujet:

GemGenève, les raisons d’un succès

GemGenève, le nouveau salon joaillier

Articles les plus lus

"Paradis d'Oiseaux" à l'École des Arts Joailliers

Dans « Paradis d’Oiseaux », L’École des Arts Joailliers présente 97 broches figurant des volatiles. Dont deux ensembles exceptionnels des...

S'offrir un bijou dans la vente Christie's Paris

Le 13 juin prochain, à Paris, la vente joaillerie de Christie’s Paris propose 269 lots. Des bijoux signés René Boivin, Zolotas, Van Cleef & Arpels,...

6 raisons d'aller à GemGenève

En une seule édition, GemGenève s’est affirmé comme un rendez-vous incontournable pour les professionnels du bijou comme pour les particuliers.

Les bijoux de Toutânkhamon

L’exposition « Toutânkhamon – Le trésor du pharaon » présente 150 pièces dont 20 colliers, bracelets, bagues et boucles d’oreilles, découverts...

Helena Rubinstein, ses bijoux de beauté

Helena Rubinstein raffolait des bijoux. Flamboyants et exubérants, ils étaient la signature de cette petite femme de 1,47 m. Comme son chignon serré.

"Les robes Lalanne" au musée Yves Saint Laurent, à Paris

Y a t il encore des choses à découvrir sur le travail d’Yves Saint Laurent ? A partir du 12 février 2019, la nouvelle présentation du musée parisien...