Mon agenda

10 mars 2020

Explorer le monde des pierres

Voici 3 expositions consacrées aux gemmes et minéraux.

Par Sandrine Merle.

 

 

« Pierres Précieuses »

Difficile de résumer la richesse de cette exposition comprenant 500 gemmes et minéraux de la collection du musée d’Histoire Naturelle (mis en regard avec 200 bijoux Van Cleef & Arpels). Les passionnés seront gâtés avec un parcours chronologique et thématique présentant des spécimens exceptionnels : un arc-en-ciel de tourmalines, une opale du Brésil de 184 carats, les pierres de rêve de Roger Caillois dont « Le Château » et « Calligraphie Royale » montrée pour la première fois, les 23 perles de Melo de l’empereur du Vietnam Bao Daï, la collection de saphirs et de rubis de Louis XVIII ou encore les répliques des plus beaux diamants ayant appartenu à Louis XIV. Très belle surprise : deux saphirs extraits en France… l’autre pays des pierres précieuses ! Je reviendrai plus longuement sur cette exposition dans quelques semaines, et notamment sur l’aspect joaillier.

« Pierres Précieuses » (ouverture reportée) à la Grande Galerie de l’Évolution au Muséum d’Histoire Naturelle

 

Les microphotographies de Richard W. Hugues et Billie Hugues

L’École des Arts Joailliers expose une quinzaine de photographies des gemmologues Richard W. Hughes et Billie Hughes (fondateurs du laboratoire Lotus Gemology à Bangkok). Billie Hughes sera également l’invitée de la conférence « Inside Out Voyage au cœur des gemmes » (12 mars 2020) où elle révèlera grâce à ces images, la vie intérieure des rubis et des saphirs, leurs entrailles mystérieuses… On y découvre des tableaux surprenants, des cristaux noirs de graphite, des plaquettes de magnétite et d’hématites ressemblant à des soucoupes volantes ou à des vagues déferlantes. Publiées entre autres dans le Wall Street Journal, ses photographies s’apparentent à de véritables œuvres d’art contemporain.

Sur rendez-vous

 

« Une santé de fer ! »

Cette exposition (dont le titre vient d’une expression née dans la première moitié du XXe siècle en référence au métal hyper résistant) invite à regarder la collection de gemmes et minéraux sous l’angle de la santé au sens large. Des spécimens ainsi que des affiches et des ouvrages issus du fond patrimonial des Mines montrent que depuis longtemps diamants, rubis, saphirs, opales ou encore améthystes servent d’ingrédients à l’industrie pharmaceutique ancienne mais aussi moderne. Et l’exposition montre que paradoxalement, les minéraux engendrent aussi de la pollution néfaste pour notre santé. Une approche originale que l’on doit aux étudiants de l’université PSL (Paris Sciences et Lettres).

Du 10 mars au 4 mai 2020, au Musée de Minéralogie de l’école MINES ParisTech

 

Image en bannière : des tourbillons de particules illuminent l’intérieur de ce spinelle rouge de la région de Mahenge en Tanzanie – Photo Richard W. Hughes

 

Articles relatifs à ce sujet :

Où suivre un cours sur le bijou?

La collection de minéralogie de l’École des Mines

Articles les plus lus

Trouver son solitaire diamant aux enchères

Et si vous cherchiez votre solitaire dans une des prochaines ventes aux enchères ?

Retourner au musée !

Les musées parisiens ré-ouvrent enfin. Nouvelle exposition ou prolongation, dédiée au bijou ou pas : voici en bref, celles que j’ai l’intention de...

"Une histoire (extra)ordinaire", l'exposition Chaumet

J’ai eu la chance de découvrir cette remarquable exposition en avant-première avec Jean-Marc Mansvelt directeur général de Chaumet. Nous avons...

Découvrir le rubis à L'École des Arts Joailliers avec Marie-Anne Bruschi

L’approche du cours est très intéressante car elle va bien au-delà : elle est transversale. J’y ai retrouvé beaucoup de mes centres d’intérêt :...

Enfin un livre sur Aldo Cipullo!

L’étroite collaboration avec Cartier est au centre de la vie d’Aldo Cipullo, dans tous les sens du terme : elle commence dix ans après son arrivée à...

"Découvrir le monde des pierres", un cours pour vos ados à L'École des Arts Joailliers

Les cours proposés par L’École des Arts Joailliers s’adressaient également à un jeune public entre 5 et 18 ans. J’ai assisté à celui intitulé...