Itinéraires joailliers

09 novembre 2018

La boutique de colliers de Frédérique Mattei

Dans sa toute nouvelle micro boutique, Frédérique Mattei présente ses colliers oversized, des assemblages d’éléments chinés dans le monde.

Par Sandrine Merle.

 

 

« Je ne dessine pas, je ne programme pas : la création de mes colliers s’apparente à une écriture automatique », explique Frédérique Mattei.

 

Tous les siècles, toutes les cultures

Depuis toujours, au fil des voyages et des rencontres, elle accumule des éléments. Beaucoup de perles : de Bohème, d’Asie Centrale, d’Iran ou encore de la Rome du 1ersiècle. On trouve aussi dans ses tiroirs et ses boîtes, des boules de lustre en cristal Daum du 19eou en fils de soie des années 50, créées pour un défilé de Jacques Fath. Un élément d’une paire de boucles d’oreilles du sud du Tamil Nadu côtoie des branches de corail, des plaques tibétaines en laiton, des turquoises.

 

Influence seventies

Planent sur ses colliers, l’esprit de Saint Laurent des années 70 et des créations de Loulou de la Falaise, l’allure de Talitha Getty aussi. « J’adore cette époque, la mode que portait ma mère : veste croisée et pantalon dans les bottes. Je me suis toujours habillée comme ça », note Frédérique Mattei.

 

Les colliers, ces passeurs

Perles zoomorphes, éléments antiques, anneaux de cristal… Chaque collier crée un dialogue entre des cultures et des époques qu’elle ne force jamais à se rencontrer : il faut qu’il y ait déjà un trou ou un anneau qui lui permette d’assembler les éléments. « Je n’interviens pas sur leur intégrité physique », précise-t-elle. Car en admiratrice d’Edgar Morin, Frédérique Mattei ne considère jamais l’élément sans son contexte et ses interférences.

 

Frédérique Mattei – 27 rue de Varenne, 7e

 

Entre €800 et €5-6000

 

Articles les plus lus

Venise ou la Sérénissime des anneaux

Aux environ de l’an 1000, le doge aurait jeté pour la première fois une bague en or dans les eaux de la lagune en prononçant ses mots : « Nous...

La Pala d’Oro de la basilique Saint Marc avec Alberto Nardi

Dissimulé derrière le maître-hôtel, ce retable en or, en pierres précieuses et en perles a été commandé aux artisans de Constantinople en 916. Quand...

La boutique Georges Fouquet au musée Carnavalet

Porté par le succès ses bijoux dessinés par Mucha, Georges Fouquet demande à l’artiste tchèque de concevoir sa nouvelle boutique du 6 rue Royale, en...

5 raisons d’aller chiner aux Merveilles de Babellou

Ici, pas de sélection en demi-teinte : extravagance et théâtralité sont les critères de choix d’Isabelle Klein. Il faut qu’une pièce claque,...

Il y a 150 ans, quand la colonne Vendôme était à terre...

À l’époque, aucun joaillier n’a pignon sur la place Vendôme. Excepté Gabriel Lemonnier, le joaillier officiel de Napoléon III.

Marc Deloche à L'École des Arts Joailliers

« Ce qui m’a sans doute le plus interpellé dans ce tour du monde : la mise en lumière de la préciosité selon les cultures. Chacun décide de ce qui...