08 janvier 2021

La nacre capitonnée de Melanie Georgacopoulos

Dans sa dernière collection, Melanie Georgacopoulos propose une nouvelle prouesse : de la nacre capitonnée, sculptée comme si on avait enfoncé un bouton dans un coussin. « Seule la tendreté de cette matière, souvent considérée comme un inconvénient, a permis ce travail. Je me suis amusée à l’associer au diamant, pierre la plus dure. » En 10 ans, Mélanie Georgacopoulos a magistralement sorti la nacre du registre classique grâce à des pièces spectaculaires ou des techniques inédites. Son coup de maître : couper la perle en deux pour révéler sa beauté intérieure (pour M/G Tasaki), les différentes couches de nacre qui la composent. Ne manquez pas son compte instagram avec des images célébrant cette matière, au-delà de ses créations.

  • Melanie Georgacopoulos

  • Melanie Georgacopoulos -

  • Melanie Georgacopoulos

  • Melanie Georgacopoulos

Articles les plus lus

Messages personnels: les acrostiches de Chaumet

En accord avec l’histoire de chacun, Chaumet décline le bracelet acrostiche dont la succession d’initiales de chaque pierre forme un message.

Yasuki Hiramatsu aux enchères, une première

Par Marie-Laure Cassius-Duranton. Dans les ventes aux enchères, on ne trouve pas que des bijoux ayant appartenus à nos ancêtres : trois bijoux de Yasuki...

415

On ignore souvent qu’il existe au total 415 maisons de ventes aux enchères en France dont 68 % sont des petites entités réalisant annuellement moins de 2...

Ruba Abu-Nimah, nouvelle creative director de Tiffany & Co

Suite au rachat de Tiffany & Co par LVMH (pour 15,8 milliards de dollars), Ruba Abu-Nimah devient la nouvelle « creative director » du joaillier...

Les montres féminines de Watches & Wonders 2021

Le nouveau rendez-vous annuel de l’horlogerie, Watches & Wonders, vient de se dérouler entièrement en version digitale. Voici les modèles féminins...

Bvlgari, " Serpenti through the eyes of » Mary Katrantzou

Bvlgari a confié le troisième opus de sa collection « Serpenti through the eyes of » à Mary Katrantzou, créatrice de mode grecque qu’il connaît...