03 août 2017

« La Lechuga » au Louvre

Il s’agit d’une occasion unique d’admirer ce chef-d’œuvre colombien, l’ostensoir de l’église San Ignacio de Bogotá. Réalisé entre 1700 et 1704 par des orfèvres espagnols, il est orné de 1485 émeraudes de Muzo réputées être les plus belles, les plus pures et les plus grosses. Ces pierres rendirent fous les conquistadors espagnols qui pendant des années, déclenchèrent de sanglantes répressions chez les Indiens pour obtenir la localisation des mines, perdues dans l’épaisse et inhospitalière végétation de la cordillère des Andes.

Du 19 septembre au 15 janvier dans le cadre de l’année France-Colombie.

Articles les plus lus

Repossi x Mapplethorpe

Gaia Repossi, directrice artistique de la marque fondée par son père (aujourd’hui propriété de LVMH), a imaginé une collection de bijoux inspirée de...

Diamants de synthèse sur or noir chez DFLY

Philippe Airaud, designer de DFLY, décline le modèle « Oddity » en or noir, les diamants restent sertis dans de l’or jaune. Magnifique.

La chevalière personnalisable de Stamped

Avec Stamped, Magda Benmlih livre une nouvelle belle interprétation de la chevalière personnalisable en 3 semaines.

Van Cleef & Arpels renforce son lien historique avec la danse

Un des bijoux emblématiques du joaillier est le clip-ballerine apparu au début des années 40. Au-delà des créations joaillières et horlogères, Van...

Messages personnels: les acrostiches de Chaumet

En accord avec l’histoire de chacun, Chaumet décline le bracelet acrostiche dont la succession d’initiales de chaque pierre forme un message.

Yasuki Hiramatsu aux enchères, une première

Par Marie-Laure Cassius-Duranton. Dans les ventes aux enchères, on ne trouve pas que des bijoux ayant appartenus à nos ancêtres : trois bijoux de Yasuki...