Business

19 octobre 2016

Exercices de couture

Depuis toujours, la joaillerie cherche à reproduire les textiles, leur souplesse et leur trame, avec les matériaux les plus durs qui soient : l’or et les diamants.

Rares sont les collections qui ne font pas référence à la couture, devenue un thème classique. Cela se traduit par des détournements de boutons et de passementerie, la restitution des mouvements gracieux du ruban et du cordon de soie, des emprunts au corset et à la maille… Solange Azagury-Partridge imagine des ceintures en or tricoté. Fanourakis, des colliers en rubans gros-grain. Boucheron réalise une cape avec des chaînettes en or et fermée par un bouton-citrine. Selim Mouzannar, Tiffany & Co. et Cartier forment des pompons et des franges. Noms de bijoux et de collections sont aussi évocateurs de cet engouement : « Silk » chez Messika, « Couture Précieuse » chez Piaget, etc.

Dans les archives de Van Cleef & Arpels, on trouve toutes les figures, des broches figurant une pochette en soie aux rubans en passant par l’emblématique collier « Zip », un collier-fermeture à glissière. En or et diamants, elle glisse et se ferme sans un accroc pour se transformer en bracelet. Une véritable prouesse technique. La transmutation de la robe au bijou, se fait d’autant plus naturellement pour les joailliers qui sont, à l’origine, des maisons de haute couture. Ainsi Chanel décline le ruban et le matelassé. Victoire de Castellane, directrice artistique de la joaillerie Christian Dior, fait référence au travail du couturier dans les années 50, à la mousseline, aux volants, aux taffetas et aux organzas plissés, etc. À l’envers, les bijoux semblent doublés d’une dentelle d’or.

La dentelle, métaphore de la féminité, démontre la dextérité des artisans. Dans ce registre, ceux de Buccellati excellent à reproduire l’extrême délicatesse des entrelacs grâce à un travail minutieux d’ajourage, de ciselure et de gravure des à-plats d’ors jaune, rose et blanc sertis de diamants. Leurs arabesques évoquent les plus belles dentelles de la Renaissance réalisées à Venise, à Bruges, à Calais. Mais l’Italien aurait-il trouvé plus fort que lui ? Hind Hariri, créatrice et fondatrice de la marque HRH a mis au point une mitaine en dentelle d’or quasi aussi souple que celle en soie, de Bruges. Il lui a fallu des années pour mettre au point le fil d’or qu’elle a ensuite confié à une vraie dentellière travaillant avec des fuseaux. Le résultat est époustouflant.

Articles les plus lus

Avec Mené, Roy Sebag réconcilie bijou et investissement

Le Canadien Roy Sebag a imaginé Mené, une marque de bijoux en or et platine purs. Car sur le long terme, ces métaux précieux sont, selon lui, les...

Ce qu’il faut savoir sur Tasaki

Tasaki est le joaillier japonais le plus célèbre de son pays. En plein développement international, il ouvre une boutique à Londres et une à Paris où...

Bruno Zarcate, Burma et les pierres de synthèse

La montée en puissance des pierres de synthèse en joaillerie suscite débat et polémique. La maison Burma étant une pionnière dans ce registre, j’ai...

Malika Benshila Hutin, fondatrice de l’agence Pink Heater

Pour le lancement de son shop, TFJP propose une sélection de bijoux de créateurs en partenariat avec le pop-up store Pink Heater (du 26-30 septembre...

Jean-Marc Lieberherr et la Diamond Producers Association

Le désir des consommateurs pour le diamant, cette pierre précieuse érigée en symbole de l’amour, s’est émoussé entraînant une baisse des prix....

Pierres et bijoux : 5 sources de wellness

La tendance : réhabiliter des rituels ancestraux comme le pouvoir des pierres (la lithothérapie) et de certains bijoux sur notre bien-être. Pour que ça...