Itinéraires joailliers

03 septembre 2021

Le Crédit Municipal, un acteur discret mais étonnamment puissant

À bientôt 400 ans, « Ma Tante », comme on surnomme très souvent le Crédit Municipal, est en pleine forme.

Par Marie-Laure Cassius-Duranton.

 

 

En marge des maisons de vente traditionnelles, le Crédit Municipal propose, rien qu’à Paris, une centaine de ventes aux enchères par an, principalement de bijoux et de montres anciens ou d’occasion. En 2020, ces ventes ont généré plus de 10,6 millions d’euros. En comparaison, les ventes de bijoux et de montres d’Artcurial ont fait 12,3 millions d’euros, les ventes de bijoux de Christie’s Paris 8,6 millions d’euros, les ventes de bijoux de Sotheby’s Paris 8,3 millions d’euros.

 

Le Crédit Municipal, ancien Mont de Piété

Cet établissement public de la Ville de Paris (l’actionnaire unique depuis 1992) est fondé sur le principe du prêt sur gage, un prêt garanti par un objet de valeur. Quand vous allez au Crédit Municipal, votre objet est expertisé et estimé en fonction de sa valeur potentielle en vente publique. Sur cette base, on vous accorde un prêt d’un montant compris entre 50 % et 70 % de cette valeur. Si vous ne remboursez pas ce prêt, votre objet sera vendu aux enchères. Le Crédit Municipal, qui s’appelait à l’origine Mont-de-Piété, a été créé en 1637 par Théophraste Renaudot, philanthrope, médecin du roi Louis XIII et ami du cardinal de Richelieu. Il ne devient Crédit Municipal qu’en 1918, date à laquelle il développe ses activités bancaires, parallèlement aux prêts sur gage.

 

415

 

Un succès croissant du Crédit Municipal

Parmi ces centaines de ventes, celles de la semaine sont particulièrement prisées des professionnels. Quant à celles du week-end, dites « de prestige » cataloguées plusieurs fois par an, elles rencontrent un succès croissant auprès du grand public. L’intérêt tient notamment aux frais de vente judiciaires (c’est-à-dire contraintes) de 14,40% particulièrement bas par rapport à ceux des ventes volontaires allant de 20 à 30% du prix d’adjudication.  Mais c’est probablement aussi parce que dans l’imaginaire collectif, les acheteurs ont l’impression d’y faire de bonnes affaires. Ce qui n’est pas toujours le cas, les prix peuvent s’envoler !

 

Les plus belles ventes du Crédit Municipal

Le Crédit Municipal a à son actif de très belles ventes comme celle en 2011 présentant une série de pièces exceptionnelles signées Van Cleef & Arpels dont une bague ornée d’une émeraude probablement colombienne de 35,35 carats adjugée 180.000 € ou un collier en platine et diamant adjugé 131.000 €. Ont également fait le bonheur des acheteurs : une bague de Suzanne Belperron en or, saphir jaune et citrines ou un pendentif « Roi de Surgilie » signé Victoire de Castellane pour Dior. De temps en temps, on peut aussi y découvrir des pièces de JAR. Dernier coup d’éclat, en juin dernier : une Patek Philippe Nautilus estimée à 8 000 / 12 000 € a, elle, atteint les 51 000 €. À surveiller de près donc !

 

Articles les plus lus

Place Vendôme : la collection de photos du joaillier Lorenz Bäumer

En 1995, Lorenz Bäumer s’installe place Vendôme. Dans la foulée, il débute une collection de photos, dédiée à ce lieu emblématique de la haute...

Les bijoux Art nouveau du Schmuckmuseum Pforzheim : une collection dans la collection

Il faut remonter à l’origine de la collection du Schmuckmuseum Pforzheim pour comprendre la très grande richesse de cette section dédiée à l’Art...

Musée Lalique, dans l’uni-verre de l’artiste

Avec 650 objets dont une soixantaine de très beaux bijoux, le musée Lalique permet de comprendre l’importance croissante de cette matière dans le...

6 raisons d'aller au musée Amrapali à Jaipur

Étonnamment, malgré la tradition millénaire du bijou en Inde, le musée Amrapali est le seul musée dans le monde à lui être complètement consacré.

Sprague, le squat dédié au bijou

Et si on allait faire un tour au DOC ? C’est dans ce squat du 19e arrondissement de Paris que s’est installée l’association Sprague dédiée au bijou.

« La Colonne Vendôme » à la loupe, aux éditions Norma

 » Quand on m’a demandé de photographier le travail des patines du bronze, j’ai eu une certitude : c’était le moment ou jamais de réaliser le...