Business

12 octobre 2021

La fantaisie de Yacine Challal

Et pourquoi ne pas vendre un bijou dans un distributeur automatique ou dans un ancien kiosque à journaux ? Yacine Challal, fondateur de la marque Carré Y, n’a peur de rien !

Par Sandrine Merle.

 

 

Avant de lancer Carré Y, Yacine Challal a été 11 ans à la direction générale France de la marque allemande de bijoux fantaisie Thomas Sabo. Aujourd’hui il est à la tête de sa propre marque pour les 18-30 ans, non genrée et très accessible, avec un 1er prix à 19 euros puisque tout est en laiton (partiellement recyclé). On y trouve des chevalières, des créoles, des ear cuffs, des médailles astrologiques colorisés avec un émail maison inspiré par le nail art : un émail peint à la main recouvert d’une couche de vernis à paillettes puis d’un coating. Système D et créativité : la démarche de Yacine est aussi illustrée avec le packaging recyclable atypique, une boîte de nouilles en carton. « L’idée m’est venue au bureau en voyant les gens sortir du restau thaï d’à côté », explique ce presque quadra bijouté jusqu’au bout de ses Crocs jaune tournesol.

 

L’ancien kiosque à journaux

Des idées apparemment farfelues, ce conquérant issu du 93 et diplômé en psycho en a plus d’une ! « Celle de vendre les bijoux dans un ancien kiosque à journaux est venue pendant le confinement : sous mes fenêtres, je voyais chaque matin s’ouvrir les portes d’un kiosque à journaux comme une boîte de bijoux. » Comme il est impossible de réaliser l’idée à Paris car les kiosques sont préemptés par la Mairie, il la concrétise donc à Marseille. Il fallait y penser ! Le loyer est faible, il n’y a pas de pas de porte et l’emplacement est de choix en plein centre-ville, en l’occurrence sur la Canebière.

 

Le distributeur à bijoux

Avec son esprit conquérant et enfantin, sans peur ni préjugé, Yacine Challal a aussi détourné le distributeur de bonbons et de capsules contenant des petits cadeaux. « L’expérience se rapproche de celle du e-commerce : on choisit son bijou sur un écran tactile et on peut le renvoyer si on change d’avis. » Un jeu d’enfant pour les digital natives. Le premier distributeur automatique de Carré Y, aux couleurs flashy, sera installé d’ici quelques jours dans le centre commercial Mon Grand Plaisir (Yvelines).

 

L’idée va-t-elle faire des émules ? Pourrait-elle se décliner pour un bijou plus précieux ? À voir.

Articles les plus lus

Vever, le renouveau de l'Art nouveau?

Camille et Damien Vever relancent la maison Vever qui fut un acteur majeur de la période Art nouveau.

Jay-Z et Beyoncé, les deux faces de la campagne Tiffany & Co.

Apparemment bien sous tous rapports, la campagne publicitaire « About Love » de Tiffany & Co. avec Jay-Z et Beyonce crée cependant la polémique.

Brenda Kang, le vintage en Asie

« Les réseaux sociaux jouent un énorme rôle dans la démocratisation du vintage, surtout Wechat et XiaoHongShu (Little Red Book), sorte d’Instagram...

Diamants : un avenir en rose ?

Rio Tinto a construit pour ses diamants roses d’Argyle une réputation digne de celles de Muzo pour les émeraudes.

Bijou ancien : un engouement inédit en Chine

Les bons résultats de la vente de Sotheby’s à Hong Kong, en avril dernier, révèle le goût croissant des clients chinois pour le bijou ancien et...

La "Tête de mouton" de JAR adjugée 5 fois son estimation chez Christie's Paris

« Ce clip n’a laissé personne indifférent, il a même dérangé certains de nos clients », explique Violaine d’Astorg directrice du département...