Business

12 octobre 2021

La fantaisie de Yacine Challal

Et pourquoi ne pas vendre un bijou dans un distributeur automatique ou dans un ancien kiosque à journaux ? Yacine Challal, fondateur de la marque Carré Y, n’a peur de rien !

Par Sandrine Merle.

 

 

Avant de lancer Carré Y, Yacine Challal a été 11 ans à la direction générale France de la marque allemande de bijoux fantaisie Thomas Sabo. Aujourd’hui il est à la tête de sa propre marque pour les 18-30 ans, non genrée et très accessible, avec un 1er prix à 19 euros puisque tout est en laiton (partiellement recyclé). On y trouve des chevalières, des créoles, des ear cuffs, des médailles astrologiques colorisés avec un émail maison inspiré par le nail art : un émail peint à la main recouvert d’une couche de vernis à paillettes puis d’un coating. Système D et créativité : la démarche de Yacine est aussi illustrée avec le packaging recyclable atypique, une boîte de nouilles en carton. « L’idée m’est venue au bureau en voyant les gens sortir du restau thaï d’à côté », explique ce presque quadra bijouté jusqu’au bout de ses Crocs jaune tournesol.

 

L’ancien kiosque à journaux

Des idées apparemment farfelues, ce conquérant issu du 93 et diplômé en psycho en a plus d’une ! « Celle de vendre les bijoux dans un ancien kiosque à journaux est venue pendant le confinement : sous mes fenêtres, je voyais chaque matin s’ouvrir les portes d’un kiosque à journaux comme une boîte de bijoux. » Comme il est impossible de réaliser l’idée à Paris car les kiosques sont préemptés par la Mairie, il la concrétise donc à Marseille. Il fallait y penser ! Le loyer est faible, il n’y a pas de pas de porte et l’emplacement est de choix en plein centre-ville, en l’occurrence sur la Canebière.

 

Le distributeur à bijoux

Avec son esprit conquérant et enfantin, sans peur ni préjugé, Yacine Challal a aussi détourné le distributeur de bonbons et de capsules contenant des petits cadeaux. « L’expérience se rapproche de celle du e-commerce : on choisit son bijou sur un écran tactile et on peut le renvoyer si on change d’avis. » Un jeu d’enfant pour les digital natives. Le premier distributeur automatique de Carré Y, aux couleurs flashy, sera installé d’ici quelques jours dans le centre commercial Mon Grand Plaisir (Yvelines).

 

L’idée va-t-elle faire des émules ? Pourrait-elle se décliner pour un bijou plus précieux ? À voir.

Articles les plus lus

Nicolas Bos, CEO de Van Cleef & Arpels : transmission des métiers et des savoir-faire joailliers

Préservation et transmission des métiers et des savoir-faire joailliers : il faut séduire la gen’Z et celles qui vont suivre… Mission pour laquelle...

Demain, 5 nouvelles façons de découvrir le bijou au musée

Le dernier salon Museum Connection a montré une effervescence folle dans les musées engendrée par d’extraordinaires innovations. Il est temps de les...

Le business model digital de Sophie d’Agon

Sophie Lepourry a lancé la marque de bijoux Sophie d’Agon, il y a 5 ans. Elle revient sur la stratégie digitale qui l’a menée au succès et à...

Bijoux griffés/non griffés, les enjeux

Bijoux griffés / non griffés : le marché va-t-il évoluer comme ceux de la maroquinerie et de l’horlogerie majoritairement détenus par des grandes...

Ventes aux enchères online, Violaine d’Astorg chez Christie’s

Pour Violaine d’Astorg, directrice du département joaillerie de Christie’s à Paris, estime que les acheteurs n’attendaient que les ventes online....

La joaillerie à l’heure du wokisme

D’ici 2025, la Responsabilité Sociétale des Entreprises (sur la préservation de l’environnement, l’engagement sur l’égalité des chances, la...