26 février 2016

Sur un fil

En joaillerie, garder la ligne est aussi tendance.

Des bijoux formés par de simples fils d’or… Solange Azagury-Partridge aime leur faire prendre une tournure calligraphique et les métamorphoser en une succession de lettres : darlingmarry me, etc. Une jolie façon de faire passer des messages aujourd’hui reprise par des marques de joaillerie comme Atelier Paulin ou Théa. Les fils d’or suivent aussi des lignes droites et des courbes géométriques qui se croisent dans l’espace pour former des cages pyramidales comme chez Rachel Perez Bitan. L’Américaine Jacqueline Rabun, elle, enferme son diamant dans un enchevêtrement de mini-tiges d’or. Certains bijoux sont façonnés en pleins et en déliés qui s’enroulent délicatement autour du doigt ou du poignet. Sophie Bille Brahe et Agathe Saint Girons vrillent le fil d’or pour former des boucles d’oreilles qui évoquent des gribouillis.

Le principe n’est pas nouveau, déjà Calder sculptait l’immatérialité de façon extraordinaire : avec un simple fil de fer, il traçait d’un geste fluide les limites d’une forme, trouvait l’équilibre parfait, restituait du mouvement. En créant un bijou avec 5% de métal précieux et 95% de vide, il réussissait alors l’exploit de nous faire voir ce qui n’existe pas.

L’ampleur de cette tendance filiforme répond à une envie de minimalisme mais, pas seulement. La hausse, ces dernières années, du cours de l’or est aussi en cause. « Enlever 4 grammes d’or peut avoir un impact de 100 euros sur le prix de revient et une répercussion de 400 à 700 euros sur le prix de vente », explique un professionnel en off. Un mal pour un bien.

Articles les plus lus

Bois précieux

Le bois n’est pas spontanément associé au bijou et pourtant… Il permet aux créateurs contemporains de s’affranchir des matériaux traditionnels que...

Les Leopards Awards

Promouvoir l’histoire, le présent et le futur de la joaillerie anglaise : voici le but de ces premiers Leopards Awards, lancés le 15 novembre prochain...

Les bijoux d’avant-garde dans l’exposition « Medusa »

L’exposition laisse une large place à ce type de bijou qualifié également de « contemporain », encore très peu connu en France. Ci-contre :...

En pièces détachées

Contrairement aux idées reçues, plus les bijoux sont réalisés avec des matériaux précieux, moins ils ont de probabilités de traverser le temps.

René Lalique dans l’exposition « Medusa »

Habituellement visible dans la galerie des Bijoux du musée des Arts décoratifs, ce collier « Noisettes » du début des années 1920 est l’une des...

Exposition « Medusa. Bijoux et tabous », coup d'envoi

Je vous ai d’abord dévoilé l’installation de « Medusa » avec les points de vue d’Anne Dressen, commissaire, et de ses conseillers scientifiques...