06 novembre 2015

Le phénomène Ofée

Ofée est une marque emblématique de la « petite joaillerie », ce nouveau segment de gamme composé de bijoux précieux accessibles et trendy.

« Nos bijoux sont à la frontière entre la fantaisie et le précieux« , expliquent Valérie de Mazières et Anne Scelo, les fondatrices de la marque lancée en 2006. Leurs prix se situent entre 310 € et 5 000 €, la fourchette haute ne représentant que 15% du business. L’esprit mode qui les caractérise se rapproche de celui de la fantaisie tandis que ses matières sont celles utilisées par les joailliers de la place Vendôme.

Officiellement, les joailliers de la place Vendôme n’identifient pas cette marque comme une concurrente sérieuse car elle n’aurait pas d’histoire prestigieuse garante d’excellence. À tort, car la clientèle est de plus en plus sensible et réceptive à cette joaillerie désacralisée qui s’apparente à un accessoire de mode. Quant aux prix, ils sont parfaitement adaptés au pouvoir d’achat d’une clientèle française délaissée. La marque regorge aussi d’idées hyper créatives comme le bar à boucles d’oreilles offrant la possibilité de les acheter à l’unité pour composer une paire personnalisée. Et aujourd’hui, la marque opère une montée en gamme avec des bijoux plus imposants et une communication forte, adoptant tous les codes d’une maison de luxe.

Articles les plus lus

Bois précieux

Le bois n’est pas spontanément associé au bijou et pourtant… Il permet aux créateurs contemporains de s’affranchir des matériaux traditionnels que...

Les Leopards Awards

Promouvoir l’histoire, le présent et le futur de la joaillerie anglaise : voici le but de ces premiers Leopards Awards, lancés le 15 novembre prochain...

Les bijoux d’avant-garde dans l’exposition « Medusa »

L’exposition laisse une large place à ce type de bijou qualifié également de « contemporain », encore très peu connu en France. Ci-contre :...

En pièces détachées

Contrairement aux idées reçues, plus les bijoux sont réalisés avec des matériaux précieux, moins ils ont de probabilités de traverser le temps.

René Lalique dans l’exposition « Medusa »

Habituellement visible dans la galerie des Bijoux du musée des Arts décoratifs, ce collier « Noisettes » du début des années 1920 est l’une des...

Exposition « Medusa. Bijoux et tabous », coup d'envoi

Je vous ai d’abord dévoilé l’installation de « Medusa » avec les points de vue d’Anne Dressen, commissaire, et de ses conseillers scientifiques...