19 octobre 2016

Exercices de couture

Depuis toujours, la joaillerie cherche à reproduire les textiles, leur souplesse et leur trame, avec les matériaux les plus durs qui soient : l’or et les diamants.

Rares sont les collections qui ne font pas référence à la couture, devenue un thème classique. Cela se traduit par des détournements de boutons et de passementerie, la restitution des mouvements gracieux du ruban et du cordon de soie, des emprunts au corset et à la maille… Solange Azagury-Partridge imagine des ceintures en or tricoté. Fanourakis, des colliers en rubans gros-grain. Boucheron réalise une cape avec des chaînettes en or et fermée par un bouton-citrine. Selim Mouzannar, Tiffany & Co. et Cartier forment des pompons et des franges. Noms de bijoux et de collections sont aussi évocateurs de cet engouement : « Silk » chez Messika, « Couture Précieuse » chez Piaget, etc.

Dans les archives de Van Cleef & Arpels, on trouve toutes les figures, des broches figurant une pochette en soie aux rubans en passant par l’emblématique collier « Zip », un collier-fermeture à glissière. En or et diamants, elle glisse et se ferme sans un accroc pour se transformer en bracelet. Une véritable prouesse technique. La transmutation de la robe au bijou, se fait d’autant plus naturellement pour les joailliers qui sont, à l’origine, des maisons de haute couture. Ainsi Chanel décline le ruban et le matelassé. Victoire de Castellane, directrice artistique de la joaillerie Christian Dior, fait référence au travail du couturier dans les années 50, à la mousseline, aux volants, aux taffetas et aux organzas plissés, etc. À l’envers, les bijoux semblent doublés d’une dentelle d’or.

La dentelle, métaphore de la féminité, démontre la dextérité des artisans. Dans ce registre, ceux de Buccellati excellent à reproduire l’extrême délicatesse des entrelacs grâce à un travail minutieux d’ajourage, de ciselure et de gravure des à-plats d’ors jaune, rose et blanc sertis de diamants. Leurs arabesques évoquent les plus belles dentelles de la Renaissance réalisées à Venise, à Bruges, à Calais. Mais l’Italien aurait-il trouvé plus fort que lui ? Hind Hariri, créatrice et fondatrice de la marque HRH a mis au point une mitaine en dentelle d’or quasi aussi souple que celle en soie, de Bruges. Il lui a fallu des années pour mettre au point le fil d’or qu’elle a ensuite confié à une vraie dentellière travaillant avec des fuseaux. Le résultat est époustouflant.

Articles les plus lus

Les 3 expositions bijoux à ne pas manquer

Trois expositions à venir, à New-York, Paris et Moscou, mettent en lumière les multiples caractéristiques du bijou. Parure, il peut aussi être un...

Artcurial, masterpieces de la vente joaillerie à Monaco

La vente Artcurial qui aura lieu à l’hôtel Hermitage de Monaco, les 18 et 19 juillet prochain, propose des bijoux exceptionnels. Voici les textes que j’ai...

GemGenève, les raisons d’un succès

Si vous rêviez d’un salon joaillier de qualité, convivial presque familial et à taille humaine… GemGenève l’a fait.

Les records historiques de Sotheby’s à Genève

Les dernières enchères de Sotheby’s ont mis en lumière le Farnese. Adjugé $6,7 millions, ce diamant historique de plus de 6 carats s’inscrit dans la...

L'Australie, un nouvel eldorado

L’Australie, ce pays qui nous semble très lointain et dont la densité de population est l’une des plus faibles du globe, suscite l’engouement chez les...

Les bijoux chez Martin Margiela

Le Palais Galliera et le Musée des Arts Décoratifs organisent chacun une exposition consacrée à Martin Margiela : l’une sur sa maison, l’autre sur...