27 octobre 2016

Cartier et le Japon

La réouverture du flagship Cartier à Tokyo, donne l’occasion de rappeler les liens du joaillier français avec le Japon.

À Ginza, le quartier des boutiques de luxe, l’immeuble rouge Cartier ressemble à une monumentale lanterne luminescente. La réouverture de ce flagship est marquée par de nouvelles façades réalisées par Sylvain Dubuisson. Ultra modernes, elles sont constituées d’alvéoles qui font référence aux shoji, ces paravents à découpes de bois et de papier. Comme des pixels, elles s’animent la nuit en figures géométriques dont l’effet cinétique fait écho à celui de la boutique Chanel voisine. À l’intérieur, rénové par Bruno Moinard, l’agencement, les paravents – des panneaux de bois laqué à la feuille d’or – et les couleurs évoquent la sérénité d’un temple japonais.

Dès 1867, Louis Cartier est fasciné par les objets, estampes et peintures présentés pour la première fois par ce pays à l’Exposition universelle. L’influence du Japon dans le domaine artistique est phénoménale, elle touche également les couturiers comme Poiret et les peintres impressionnistes et postimpressionnistes. Louis Cartier s’inspire également de dessins d’une revue publiée par le grand marchand Samuel Bing, Le Japon artistique. Y figurent notamment des grappes de glycine, symbole de jeunesse, qu’il réinterprète en boucles d’oreilles de diamants, entièrement articulées. Plus tard, pendant la période Art déco, les motifs abstraits géométriques des tissus de kimonos ou des estampes trouvent un second souffle sur une broche carrée en diamants dans laquelle s’inscrivent des demi-cercles.

Ce Japon fantasmé passe par la réinterprétation du inrô, précieux récipient destiné à recueillir des préparations médicinales et porté à la taille. En 1942, il devient un petit nécessaire qui dissimule un tube à rouge sous son pompon de soie. Autre pièce emblématique : le bracelet orné de dix breloques représentant chacune une tradition, un symbole, etc. La première fait ainsi référence à la fête du Hina matsuri pendant laquelle on expose des poupées précieuses transmises de génération en génération et censées protéger contre les mauvais esprits. L’avant-dernière figure deux idéogrammes signifiant « joie » et « amertume ».

Le Japon est un pays qui n’a pas de tradition du bijou. Longtemps le kimono, le obi et les ornements de cheveux ont formé l’unique parure. Ce qui explique l’implantation relativement récente des joailliers en général et de Cartier. La première boutique a ouvert en 1991 et celle de Ginza en 2003, à une époque où le consommateur commence à apprécier les produits internationaux et les modes occidentales.

Articles les plus lus

Bois précieux

Le bois n’est pas spontanément associé au bijou et pourtant… Il permet aux créateurs contemporains de s’affranchir des matériaux traditionnels que...

Les Leopards Awards

Promouvoir l’histoire, le présent et le futur de la joaillerie anglaise : voici le but de ces premiers Leopards Awards, lancés le 15 novembre prochain...

Les bijoux d’avant-garde dans l’exposition « Medusa »

L’exposition laisse une large place à ce type de bijou qualifié également de « contemporain », encore très peu connu en France. Ci-contre :...

En pièces détachées

Contrairement aux idées reçues, plus les bijoux sont réalisés avec des matériaux précieux, moins ils ont de probabilités de traverser le temps.

René Lalique dans l’exposition « Medusa »

Habituellement visible dans la galerie des Bijoux du musée des Arts décoratifs, ce collier « Noisettes » du début des années 1920 est l’une des...

Exposition « Medusa. Bijoux et tabous », coup d'envoi

Je vous ai d’abord dévoilé l’installation de « Medusa » avec les points de vue d’Anne Dressen, commissaire, et de ses conseillers scientifiques...