08 août 2016

Boîte à surprises…

L’écrin ? Une petite boîte bien plus importante qu’elle n’en a l’air.

Épousant au plus près les formes du bijou, l’écrin est une protection. Il participe aussi de l’art du cadeau, il euphorise l’attente, démultiplie le mystère. Il s’ouvre sur le plaisir et la surprise. Certains sont reconnaissables au premier coup d’œil, comme celui de Cartier. Célèbre entre tous, en maroquin rouge surligné d’une frise dorée, il participe à tous les films publicitaires et à toutes les vitrines. Celui mis au point par la maison Vuitton, en 2001, lorsqu’elle s’est lancée dans la joaillerie, est tout aussi très identifiable car il reprend la forme d’une malle tapissée de toile Monogram.

Les artisans, capables de ce travail, sont aujourd’hui en voie de disparition. Et leurs prix sont astronomiques, comptez 2 000 euros pour l’écrin d’un collier fait à la main, en bois de peuplier tapissé de cuir. Pour la créatrice Marie-Hélène de Taillac, « ils sont essentiels car ils participent à forger l’identité d’une maison ». Les siens, en cuir de couleurs assorties à celles des bijoux et de sa boutique, sont étudiés au détail près avec ses motifs fétiches estampés sur le rebord. Même le bruit sourd et net que fait l’écrin quand il se referme a été pensé…

Couleurs, matières… En termes de créativité, tout est possible. Valérie Messika en a conçu un spécial pour ses bagues de fiançailles : une boîte noire qui s’éclaire lors de l’ouverture. L’une des idées les plus originales a été mise en œuvre il y a quelques années par Solange Azagury-Partridge, alors directrice artistique de Boucheron : un intérieur tapissé de vison foncé pour les pièces de haute joaillerie.

L’écrin d’origine d’une pièce ancienne peut, lui, contribuer à déterminer l’authenticité de cette dernière. Pour les collectionneurs, il représente une forme de garantie. « Il peut être aussi source de bien des surprises… », raconte finalement le joaillier quadricentenaire Mellerio. En effet l’écrin des bijoux transformables du XIXe siècle était souvent doté de trappes secrètes recelant une épingle à chignon, un pendentif, un tournevis ou… des messages intimes.

Articles les plus lus

« Touaregs » au musée des Confluences

Cette exposition met en lumière les bijoux de ces tribus nomades du Sahara. Parfois associés à des bijoux de pacotille dans l’imaginaire collectif, ils...

Les œuvres d’art contemporain dans l’exposition « Medusa »

Une vingtaine d’œuvres d’art contemporain rythme l’exposition « Medusa », contribuant à rompre les clichés liés au bijou : le « trop...

Bois précieux

Le bois n’est pas spontanément associé au bijou et pourtant… Il permet aux créateurs contemporains de s’affranchir des matériaux traditionnels que...

Les Leopards Awards

Promouvoir l’histoire, le présent et le futur de la joaillerie anglaise : voici le but de ces premiers Leopards Awards, lancés le 15 novembre prochain...

Les bijoux d’avant-garde dans l’exposition « Medusa »

L’exposition laisse une large place à ce type de bijou qualifié également de « contemporain », encore très peu connu en France. Ci-contre :...

En pièces détachées

Contrairement aux idées reçues, plus les bijoux sont réalisés avec des matériaux précieux, moins ils ont de probabilités de traverser le temps.